Rencontre entre Adébayor et le coach le Roy ce mercredi à Londres

« Je vais aller voir Adebayor dans les prochains jours. Je lui demanderais s’il veut être un exemple ou un Ibrahimovic. Le rôle d’un entraîneur aussi est de trouver des solutions aux problèmes. Je sais qu’il y a quelques soucis », déclarait tout récemment Claude Le Roy devenu sélectionneur des éperviers du Togo depuis ce début du mois d’avril 2016.
Désormais, c’est chose faite. Le français étant à la direction du 6e pays africain en tant que sélectionneur a rencontré le joueur togolais de Crystal Palace ce mercredi 13 avril 2016 à Londres dans le cadre de la suite des éliminatoires de la Can Gabon 2017.
Pour le moment, le joueur, ni l’entraineur n’ont fait aucune déclaration publique concernant cet entrevue.
Néanmoins, selon les informations des proches du joueur, obtenues par nos confrères de Africa Top Sports, tout c’était passé de façon conviviale et l’entraineur est reparti très décontracté : Dans un premier temps, Manu (surnom d’Adebayor) et le coach ont beaucoup rigolé. Ils se connaissent bien. L’ambiance était super. M. Le Roy a exposé son projet à la tête du Togo avec sa vision du football. Adebayor qui voue un respect sans égal à M. Le Roy a, en retour, assuré de sa volonté à être à disposition du sélectionneur », a laissé entendre la source.
Notons que le joueur avait pris part au match retour de la troisième journée des éliminatoires, un match soldé par un score nul (0-0); ce qui place le Togo actuellement à la troisième position de sa poule.

Togo-Djibouti : Un match à prendre au sérieux

Les Eperviers du Togo s’apprêtent à livrer ce vendredi 4 septembre 2015 à 16h sur le sol djiboutien le match de la phase aller comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) du Gabon.

Les Togolais espèrent vivement que leurs ambassadeurs vont réitérer les prouesses des Tunisiens  lors de la première journée face à cette même équipe laminée sur le score fleuve de 8-1 en volant encore plus haut que d’habitude.

Mais vu les conditions dans lesquelles se jouera ce match, tout ne serait pas facile comme bons nombres le pensent : « Nous jouerons sous une forte chaleur, si je m’en tiens à mes recherches, la température oscillera entre 30 et 40 degrés.  Pour nos joueurs qui viennent des championnats européens, ce ne sont pas des conditions idéales. C’est pourquoi je demande beaucoup de concentration », a souligné le coach belge Tom Saintfiet  tout récemment dans l’une de ses interventions.

Autant dire que les éperviers doivent rester beaucoup plus soudés et ne rien lâcher avant la fin des 90 minutes du match s’ils espèrent véritablement engranger ces trois points.

Quant à la présence effective de l’attaquant de Tottenham Emmanuel Adebayor à cette fête du football, elle reste toujours ambigüe d’autant plus que le doute continue par y planer.

Notons que l’ancien capitaine des éperviers figure tout de même dans les 23 joueurs sélectionnés pour cette rencontre capitale.

Le Togo, faisant partie de la poule A de cette compétition occupe pour le moment la deuxième place après la Tunisie, suivi du Libéria à la troisième place et du Djibouti en dernière position.

Bonne chance aux éperviers.

Sheyi VS Family Part 3

Si j’ai décidé de sortir l’épisode 3 aujourd’hui, c’est parce que mon frère Kola Adebayor et les autres membres de ma famille ont choisi de parler de nos histoires de familles sur les réseaux sociaux, à travers des lettres à mes clubs, radios… Je pourrais écrire une autobiographie et la vendre, mais j’ai décidé de tout partager avec vous ici.
Il y a 25 ans, mon grand frère Kola a quitté le pays pour l’Allemagne ; il est donc devenu l’espoir de notre famille. Nous pensions qu’il allait nous sortir de la misère. Plusieurs années plus tard, nous n’avions toujours pas d’électricité ; nous n’avions pas de téléphone. S’il avait besoin de nous parler, il appelait l’hôtel Atlantique qui était situé très proche de notre maison. On devait courir vers la réception de l’hôtel pour recevoir l’appel.
Quand j’ai eu ma première opportunité d’aller jouer en France, nous avions besoin d’argent pour le billet d’avion ainsi que pour d’autres dépenses. Mon frère n’était jamais présent durant ses moments. Seul Dieu sait ce qu’il faisait en Allemagne.
Quand je suis arrivé en France, j’ai signé tous les documents nécessaires avec mon équipe et ils m’ont logé dans l’académie. Quelques mois plus tard, mon frère voulait venir me visiter. Je n’avais pas d’argent et je vivais toujours à l’académie. J’étais donc oblige d’emprunter de d’argent pour payer son hôtel ainsi que son voyage retour en Allemagne. N’oubliez pas qu’il est mon grand frère.
Quelques années plus tard, les choses commençaient à aller mieux. Dieu merci, j’ai signé un contrat avec Metz. Depuis ce jour, il m’appelais à chaque fois que c’était le moment de payer ces factures. Parfois c’était son fils qui était malade. J’étais oblige de m’habituer à tout ceci.
Encore une fois, j’étais chanceux de signer un nouveau contrat pour Monaco. J’ai donc déménagé de Metz à Monaco. Un jour, Kola et le regretté Peter Adebayor sont venu me voir à Monaco, sans prévenir. Quelqu’un a dit : « Le sang est plus épais que l’eau ». Donc je les ai bien accueillis. Ils sont arrivés très tôt le matin et j’étais en route pour l’entrainement. Dès mon retour à la maison, nous avions eu une discussion et ils m’ont fait comprendre qu’ils voulaient ouvrir un business de vente de voitures. C’est clair, il s’agissait d’une grande somme d’argent. Donc je leur ai promis de régler ca dès que je reçois mon prochain salaire.
En ce même moment, un jeune Camerounais (Thierry Mangwa) vivait avec moi. Il avait des problèmes personnels et il avait besoin d’un endroit où dormir, donc je l’hébergeais chez moi pendant quelques jours. Un jour quand je suis rentré de l’entrainement il pleurait. Il ne m’a jamais dit pourquoi. Mes frères qui étaient en visite, ne pouvaient pas me l’expliquer. Un autre jour, un de mes amis Togolais (Padjoe) est venu me visiter. Quand il quittait, je lui ai offert environ 500€. Mon frère Kola a remarqué cela et était très énervé. Il me demandait pourquoi j’ai donné de l’argent à mon ami aussi vite alors que lui, non. Ma raison est simple : mon frère Kola avait besoin d’une grande somme que je ne gardais pas chez moi à la maison. Cela a fini avec une longue dispute.
Un autre jour après l’entrainement, j’étais très fatigué et je suis allé faire une sieste. Je me suis réveillé et il y avait un couteau sous ma gorge. Quand j’ai ouvert mes yeux, mes deux frères étaient là. Ils criaient et disaient que je perdais leur temps. Peter devenais très furieux et Kola le supportait. Je leur ai dit « Si c’est le seul moyen de régler ce problème… tuez-moi et prenez l’argent ! » C’est à ce moment qu’ils ont posé le couteau sur la table. Apres tout ceci j’ai trouvé un moyen de sortir de mon propre appartement et j’ai appelé mes parents. Ma mère a proposé que j’appelle la police. C’était ma seul option pour retourner chez moi, en sécurité…En plus j’avais entrainement le lendemain. J’ai donc suivi le conseil de ma mère. La police est venue et ils se sont calmés. Encore une fois, « le sang est plus épais que l’eau », donc j’ai laissé tomber. Quelques jours plus tard, Peter est allé à Paris pour visiter un des amis de Kola. Cela veut dire que je reste seul avec Kola à la maison. Pour ma propre sécurité, je me suis débrouillé pour lui trouver de l’argent le plus vite possible. Seul Dieu sait combien je lui ai donné.
Après tout ceci, je suis allé en vacances au Togo et j’étais surpris quand ma mère m’a demandé pourquoi j’ai appelé la police pour mes propres frères. Vous le savez bien que c’est elle-même qui m’a proposé cette option. Elle a continué en disant que je suis la mauvaise personne dans cette famille. C’est une histoire que je laisse pour le moment…
A chaque fois que je visitais le pays, tout le monde demandais pourquoi Kola ne retourne jamais au pays. Immédiatement, j’ai organisé un vol pour lui pour qu’il vienne visiter la famille.
Le 22 avril 2005, nous avons reçu une mauvaise nouvelle. J’ai reçu un appel disant que mon père était décédé. J’étais dévasté. J‘ai appelé mon grand frère pour lui dire qu’on devait être tous ensemble au pays. Je me suis assuré qu’un billet d’avion soit prêt pour lui. On est tous rentré et je me suis occupé de tout. Plusieurs mois avant la mort de mon père, j’étais à l’hôpital pour lui passer une visite, il m’a dit de s’assurer que ses funérailles ne seraient pas des moments de tristesses. Il voulait qu’on célèbre sa vie. Je laisse Dieu décidé si j’ai organisé des funérailles dignes à mon père. Le gars qui se surnomme « le grand de la famille » n’a contribué à rien. Mais il a toujours l’audace de dire que je ne fais rien pour la famille.
En 2006, j’ai eu une grande opportunité de jouer pour Arsenal. Depuis ce moment, mon frère à commencer une série de fausses accusations contre moi.
Le 22 Juillet 2013, une autre triste nouvelle a encore frappé notre famille. Mon frère Peter Adebayor a rendu l’âme. Sa mort était vraiment triste et cela m’a affecté. Une chose que je trouve difficile à encaisser aujourd’hui, c’est que Kola m’accuse ouvertement de la mort de Peter. Il dit que la boutique que j’ai aidé Peter à ouvrir n’était pas bonne. Il continue à m’envoyer des messages disant que ma carrière sera détruite. J’ai tout fait pour Peter quand il était vivant, je l’ai emmené à Metz et Monaco avec moi. Qu’est-ce que Kola peut dire qu’il a fait pour Peter ? Rien. Ce gars ne s’est même pas présenté aux funérailles ; alors que je lui ai envoyé de l’argent pour son voyage.
Il dit que j’ai aussi fait souffrir notre mère, mais il oublie que quand il est parti en Allemagne, j’étais la personne aux côtés de la maman. Quand j’ai commencé à réussir dans le foot, j’ai fait tout ce que vous pouvez imaginer pour ma mère. C’est normal. Mais mon frère n’est jamais satisfait. Il dit que j’ai acheté une voiture de merde à la maman. Pourquoi il n’achète pas mieux ? Tout ce que je veux, c’est de le voir prendre ses responsabilités. Comme je ne le fais pas bien, il devrait me montrer l’exemple en tant que « le grand frère ». Il est en Allemagne, ça fait plus de 20 ans mais il n’a jamais invité notre mère. Pour qu’il revienne même au pays, c’est tout un défi.
Tout ce qu’il répète, c’est que mon père avait dit que je devrais construire une maison à chacun d’entre eux. Je ne pense pas que mon père a dit cela. Est-ce que cela est même raisonnable? En tant que grand frère, il est censé faire tout ce que je suis en train de faire. Il devrait arrêter de se cacher et prendre ses responsabilités. A l’époque de son arrivée en Europe, il était assez jeune pour faire carrière dans le football aussi. Bref, il y a des chauffeurs ici qui se débrouillent pour aider leurs familles. Pourquoi n’a-t-il rien fait de pareil, mais il continue à parler ? D’ailleurs, il devrait emmener Rotimi, Bidemi ou même son propre fils Aziz ici avant de parler de « prendre soin de la famille ». Les actions sont plus fortes que les discours.
Beaucoup dissent que je n’ai pas été a l’école, mais ils oublient de dire que c’est parce qu’on n’avait pas les moyens. Mais je n’ai jamais reproché cela à mes parents. Mais Dieu merci, aujourd’hui je parle plus de 3 langues et je peux envoyer ma fille a l’école. Je suis fier de cela. Les gens peuvent m’accusé de ne pas être allé à l’école ; mais au final ce qui compte, c’est celui que tu deviens et ce que tu as appris dans la vie.
Plusieurs fois, je voulais abandonner. Demandez à ma sœur Iyabo Adebayor combien de fois je l’ai appelé et j’étais prêt à commettre le suicide ? J’ai gardé ces choses pendant plus de 11 ans… Mais si je meurs, personne ne connaîtra mon histoire, personne ne retiendra la leçon… Certaines personnes disent que je devrais garder ces histoires, mais quelqu’un doit se sacrifier ; quelqu’un doit en parler. Je sais qu’il y a des gens qui vont établir un rapport avec leurs propres histoires et d’autres vont apprendre les leçons. Pour tous ceux qui me connaissent, je ferais tout pour mon pays et mon peuple.
Message final d’un petit frère à un grand frère : arrête de fumer et arrête de boire. Voilà mon histoire

Sheyi VS Family Part 2

Voici une autre partie de l’histoire que j’ai gardé dans mon cœur depuis longtemps. Aujourd’hui je sens l’envie de la faire sortir. Si je partage mon histoire, c’est parce que je pense qu’elle vient avec une leçon ; et cette leçon est pour ceux qui lisent ce message. Ceci est à propos d’un frère qui dit toujours que je ne suis pas un bon support pour notre famille. Il s’appelle Rotimi Adebayor. Quand il avait 13 ans, il a fait quelque chose de très mauvais. Lui et moi savons de quoi je parle. Pour cette raison, nos parents l’ont envoyé dans un village très loin de la ville. Quand j’ai commencé à avoir un peu de succès, je suis retourné en vacances au Togo et une amie de ma mère est venue nous visiter depuis le village. Elle nous a raconté comment Rotimi souffrait dans le village. Quand elle a raconté cette histoire, j’ai immédiatement ordonné de le remmener en ville. Une fois de retour, je me suis assuré de l’inscrire à l’école. Pour moi cela est normal.
En 2002, je suis parti jouer la CAN au Mali et j’ai eu le privilège d’échanger mon maillot avec Marc-Vivien Foé. Que son âme repose en paix. A mon retour au Togo, j’ai mis ce maillot dans un endroit sécurisé. Mon frère a trouvé un moyen de voler et vendre ce maillot.
Quand j’ai déménagé de Metz à Monaco, nous sommes arrivés à un niveau avancé de la Champions League et on a joué contre le Real Madrid. C’était un des plus beaux jours de ma vie parce que j’étais chanceux de recevoir un maillot signé de la légende Zinedine Zidane. Quand j’ai remmené ce maillot au Togo, mon frère a encore trouvé un moyen de voler et vendre ce maillot.
Quand j’étais à Metz, je gagnais environ 15,000€ par mois. Je voulais faire quelque chose d’unique pour ma mère pour la remercier de tout ce qu’elle a fait pour moi. Je voulais la rendre heureuse, Donc j’ai décidé de prendre 3 mois de mon salaire et je lui ai acheté un collier de la marque Cartier d’environ 45,000€. Rotimi, ses amis Akim(@Yam Freedom) et Tao (@Sao Tao Oyawole) ont fait un plan pour voler ce précieux collier. Ils l’ont vendu pour 800€. Quand nous avons découvert ceci avec ma mère, elle m’a dit de ne pas m’inquiéter parce que c’est le petit frère. Malgré cette situation, j’aimerais utiliser cette occasion pour souhaiter une bonne fête des mères à toutes les mamans du monde.
Dans ma maison, j’ai un magasin où je garde to mes effets personnels quand je voyage. Je suis le seul qui a la clé mais mon frère a trouvé un moyen de faire « un master key » qui était capable d’ouvrir toutes les portes de la maison. Il volait souvent des boissons et d’autres effets dans cette chambre.
Apres toutes ses histoires, nous avons continué à dire que “le sang est plus épais que l’eau” et nous avons passé a autres choses. C’est à ce moment que j’ai décidé de l’emmener jouer au foot à l’endroit où j’ai commencé mon football en Europe. Vous connaissez la suite de l’histoire. Il a volé plusieurs téléphones de ses coéquipiers et il a été viré aussitôt. En fait, quand j’ai publié la première partie de l’histoire il m’a appelé pour dire qu’il n’a pas volé exactement 21 téléphones. Il disait que c’était un peu moins. Quand même…Cela est-il acceptable? Il a aussi ajouté que je dois être content qu’il vole mes boissons parce qu’il est mon frère.
Jacques Songo’o qui est maintenant un joueur de football Camerounais retraité avait aussi son fils dans l’académie de mon frère. Ils étaient des amis proches. Permettez-moi d’ajouter que Songo’o faisait partie de mon développement en tant que joueur et il me donnait de bons de conseils. J’étais au Togo quand il m’a appelé. Il avait l’air très fâché. Il m’a donc expliqué comment mon frère a volé la PSP de son fils. J’ai demandé à mon frère et il a dit qu’il avait oublié l’appareil dans son sac. Comment tu peux oublier l’appareil de quelqu’un d’autre dans ton sac et voyager de la France au Togo? Depuis ce jour, ma relation avec Jacques a changé et il est devenu un peu distant de moi et ma famille.
J’étais à Monaco quand j’ai décidé de collectionner les crampons de tous mes coéquipiers et de les emmener en Afrique pour les plus démunis. J’avais un sac plein. J’ai remmené ce gros sac au Togo. Quelques jours après, quand j’ai decidé de partager ses crampons aux gens, j’ai remarqué que le sac avait disparu. J’ai compris après que mon frère a volé ce sac pour aller vendre les chaussures dans un marché connu dans mon pays nomméHedzranawoé.
Un jour, ma mère m’a appelé très tôt le matin quand j’étais toujours au lit. Elle m’a dit que Rotimi a reçu un visa pour aller jouer au foot à Dubaï. Il devait quitter ce jour la sinon son visa allait être annulé. Il était dans la même situation qu’un de ses amis, Kodjovi (@Denilsonde Souza). J’ai demandé à un de mes gars à l’époque (@Agui Mozino), d’aller prendre des billets pour eux. On n’a pas pu trouver de billets « economy» pour ce jour. Donc j’ai décidé d’acheter un billet « First Class » pour chacun d’entre eux. Après tout, c’était une opportunité en or pour lui d’aller faire carrière à Dubaï. Seulement 4 jours après il était de retour à Lomé. Il disait que le style de vie à Dubaï n’était pas fait pour lui. Il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait (faire la fête, embrasser les filles en public ou boire). Il a continué en disant que c’était strictement musulman.

TIRE A BOULET ROUGE SUR LA FAMILLE

L’attaquant de 31 ans de la Premier League, accusé d’avoir mis dehors sa mère de la maison de retour en Novembre, a énuméré tous les éléments qu’il a achetés à ses parents pendant sa carrière de footballeur professionnel.
Adebayor insiste pour dire qu’il a décidé d’alerter le public de la dispute avec sa famille afin d’éviter aux autres familles africaines cette situation.
L’international togolais, qui a réintégré l’équipe contre Manchester City dimanche après avoir passé un peu moins de deux mois en marge, révèle les questions personnelles dans sa déclaration 877 mots.
Il met en évidence la façon dont il a payé pour que sa mère puisse se rendre à Londres pour des contrôles médicaux, laisser sa sœur rester dans sa maison au Ghana accessoirement payée à 1,2 million $ et a aidé un de ses frères pour la mise en place d’une entreprise, ainsi que payer pour l’éducation de ses enfants.
Adebayor, qui a déménagé en Angleterre en 2006 quand il a signé pour Arsenal rival de Tottenham, affirme également avoir envoyé sa mère pour un séjour d’une semaine avec un Nigérian guérisseur TB Joshua – qu’elle a vite fait de quitter après seulement deux jours.
L’as de la Premier League ne voulant pas critiquer son frère défunt Peter, suggère incroyablement qu’il n’a pas été autorisé à le voir quand il était «gravement malade» mais on lui a dit de «donner seulement de l’argent».
Adebayor, qui a récemment rencontré avec l’attaquant de Chelsea Didier Drogba pour discuter de ses problèmes.

DÉCLARATION COMPLÈTE

J’ai gardé ses histoires pendant un long moment mais aujourd’hui je pense qu’il est bien de partager avec vous. C’est vrai que les affaires de familles doivent être réglées en famille et pas en public, mais je le fais pour que d’autres familles apprennent les leçons. Il faut noter que tout ceci n’est pas à propos d’argent.
À l’age de 17 ans, avec mes premiers salaires de footballeur, j’ai construit une maison pour ma famille et je me suis assuré qu’ils étaient en sécurité. Comme vous le savez, j’ai été élu “Meilleur Joueur Africain” en 2008. A cette occasion j’ai emmené ma mère sur le podium pour la remercier pour tout. Pendant cette même année, je me suis assuré qu’elle vienne à Londres pour des plusieurs visites médicales. Quand ma fille est née, on a appelé ma mère pour l’informer mais elle a directement raccroché. En lisant vos commentaires, certains proposent que j’aille voir le pasteur T B Joshua pour parler des problèmes familiaux. En faite, en 2013, j’avais donner de l’argent à ma mère pour aller voir ce pasteur au Nigéria. Elle devait rester pour 1 semaine, mais deux jours après on m’a appellé pour dire quelle est partie. En plus de cela, j’ai donné une grande somme à ma mère pour lancer un business de biscuits et autres produits. Naturellement, je l’ai autorisé à mettre mon nom dessus pour vendre beaucoup plus. Quoi d’autre un fils peut faire pour supporter sa famille?
Il y a quelques années, j’ai acheté une maison pour 1,2million $ au Ghana. J’ai trouvé normal de mettre ma grande sœur Yabo Adebayor dans cette maison, ainsi que mon demi frère Daniel. Quelques mois après, je retourne de vacances et j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de voitures devant la maison. La vérité est que ma sœur a loué la maison sans me prévenir. Elle a aussi renvoyé Daniel de la maison. Imaginez que cette maison avait environs 15 chambres. Quand je l’ai appelé pour en discuter, elle m’a insulté au téléphone pendant 30 minutes. Ma mère aussi a fait la même chose. Cette même sœur dit que je suis ingrat. Demandez lui à propos de la voiture qu’elle conduit ou tout ce qu’elle vend aujourd’hui.
Mon frère Kola est en Allemagne depuis 25 ans et n’est rentré au pays que 4 fois, à mes propres frais. Je supporte les frais d’études de ses enfants. Quand j’étais à Monaco, il est venu me demander de l’argent pour commencer un business. Seul Dieu sait combien il a reçu de moi. Où est ce business aujourd’hui?
Quand notre frère Peter était décédé, j’ai envoyé une grande somme à Kola pour qu’il puisse rentrer au pays. On ne l’a pas vu aux funérailles. Et maintenant il annonce que je suis impliqué dans la mort de Peter. Comment?
C’est le même frère qui a empoché de l’argent de “The Sun” pour raconter des histoires peu précises sur notre famille. Ils ont aussi envoyé une lettre à mon Club quand j’étais à Madrid pour me virer.
Quand j’étais à Monaco je pensais qu’il serait bien d’avoir une famille de footballeur donc j’ai trouvé une académie de football pour mon frère Rotimi en France. Quelques mois après il a volé 21 téléphones des ses coéquipiers. Il y avait 27 joueurs dans l’équipe.
Je ne dirais rien à propos de mon frère Peter Adebayor qui est décédé. Que son âme repose en paix.
Ma sœur Lucia Adebayor dis au gens que mon père m’a dis de l’emmené en Europe mais j’ai refusé. Quel serait le but de l’emmener en Europe? Tout le monde est ici pour une raison.
J’étais au Ghana quand j’ai reçu les nouvelles que mon frère (Peter) était gravement malade. J’ai conduit le plus vite possible au Togo pour proposer mon aide. A mon arrivée, ma mère a disque je ne peux pas le voir. Elle a dis de lui donner l’argent et elle allait s’en charger de le guérir. Dieu seul sait combien je lui ai donné. Et les gens disent toujours que je n’ai rien fait pour sauver mon frère. Vous pensez que j’ai conduis 2 heure au Togo pour rien?
J’ai organisé une réunion de famille en 2005 pour régler tous les problèmes. Quand j’ai demandé leur opinion, ils ont voulu que je leur offre une maison à chaque membre de la famille et que je leur donne un salaire mensuel. Aujourd’hui je suis vivant mais ils ont déjà partagé tous mes biens. Pour toutes ses raisons, ma fondation a eu du mal a se lancer. A chaque que je veux aider les plus démunis, ils s’y opposent.
Si j’écris ceci, l’objectif principal n’est pas d’exposer ma famille. Je veux juste que d’autres familles Africaines apprennent de ceci. Merci.

ADEBAYOR finance la construction d’une cité de 1 milliard de francs CFA à Atakpamé

 

Dans le cadre de la promotion de la politique d’urbanisation au Togo et sous le haut patronage du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, l’association « Okontcho » a procédé à la pose de la première pierre pour la construction d’une cité moderne dénommée Sheyi Emmanuel Adebayor (SEA) ce samedi 30 novembre 2013. Cette cérémonie de pose de première pierre s’est déroulée en présence du président de la délégation spéciale de la commune d’Atakpamé, Kassegnè ADJONOU, du chef canton de Datcha, des mandataires de la collectivité d’avèté, du président de l’association « Okontcho », Nazaire Tchétè ADOUKONOU et des membres de ladite association.

Après la pose de la 1re pierre sur le site, la cérémonie officielle de lancement du projet a eu lieu dans les locaux des affaires sociales d’Atakpamé où le président de la délégation spéciale a vivement salué l’initiative.

Le président de l’association « Okontcho » a, au nom de son association exprimé sa reconnaissance à la star du football pour avoir accepté de parrainer ledit projet. « La cérémonie qui nous rassemble ce matin est bien la pose de la 1re pierre d’un projet de construction d’une cité moderne dénommée “’Cité Sheyi Emmanuel ADEBAYOR (SEA) KONIGBAGBE”’. Initié par l’association “Okontcho” dans le souci d’offrir l’opportunité à nos frères et sœurs d’ici et de la diaspora une résidence à Atakpamé, les promoteurs ont également voulu honorer et immortaliser un digne fils du pays qui fait la fierté de toute la nation d’où le nom “’KONIGBAGBE”’ avec qui nous avons quelque chose en commun », a laissé entendre M. ADOUKONOU.

Le choix du partenariat entre l’association OKONTCHO et Sheyi Emmanuel Adebayor, a-t-il ajouté, n’est pas le fruit du hasard. L’idée est de tisser un lien de fraternité avec un concitoyen qui le mérite à bien des égards.

Au total, 50 villas modernes évaluées à 1 milliard de Francs CFA seront construites. La star du football togolais Sheyi Emmanuel ADEBAYOR apportera plus de 70 % de ce montant pour la réalisation de ce projet.

Pour terminer en beauté la journée, un match de football a opposé dans l’après-midi la sélection des ressortissants d’Atakpamé à Lomé à une sélection locale. La sélection venue de Lomé a battu sur un score de 1-0 celle d’Atakpamé.

L’association « Okontcho » est fondée en 2004. Elle compte une centaine de membres.