AIESEC outille à Lomé 98 jeunes étudiants en quête de stages

Ils étaient environs 100 étudiants venus pour la plupart de l’Université de Lomé  à prendre part au séminaire d’induction organisé par l’Aiesec les 22 et 23 mars derniers dans les locaux de la communauté Sant’Egidio à Lomé.

Tout part du constat selon lequel plusieurs jeunes après leurs études universitaires ou en plein pied dans les études peinent à trouver des stages de qualité qui mènent à un emploi fixe.

Il s’agit alors d’une initiative de cette grande organisation estudiantine définie auparavant comme : Association Internationale des Étudiants en Sciences Économiques et Commerciale (AIESEC) dont l’objectif principal est d’aider les jeunes à prendre conscience de leur potentiel pour mieux voir leur part de responsabilité afin de valider les pré-requis au défi du marché de l’emploi et à être désormais des profils incontournables de stages débouchant sur l’emploi immédiat.

Pendant deux jours, les jeunes (toute filière confondue) ont été outillé sur les multiples opportunités d’emploi qu’offre l’Aiesec, les stages et compétences professionnelles; soit une pléiades de sections parmi lesquels on peut citer entre autres l’état actuel du monde, l’origine de l’Aiesec, ses produits et sa gestion financière.

Pour se faire, un accent particulier a été mis sur l’apprentissage et la maîtrise de l’anglais; langue incontournable pour les étudiants optant pour des stages à l’international :

L’anglais aujourd’hui c’est la langue N°1. Ici au Togo, peut-être qu’on n’a pas l’entreprise idéale qui reconnaisse notre valeur mais juste à côté ou quelque part, il y a en qui la reconnaisse. Donc Aiesec permet aux jeunes de pouvoir se connecter au monde entier sur le plan professionnel. D’où l’importance de la langue anglaise; et c’est d’ailleurs la langue officielle de l’organisation…

, disait Franck Kowouvi; président actuel de l’Aiesec UL et étudiant en parcours marketing.

Une fois que la langue maîtrisée avec destination de stage claire, les candidats reçoivent une formation portant sur : « comment faire des levées de fonds » en vue de couvrir les charges liés au déplacement en général. Avec un peu de chance, quelques partenaires peuvent mettre également la main à la pâte pour aider ces jeunes.

La deuxième édition de cette organisation à but non lucratif née au lendemain de la deuxième  guerre mondiale aura lieu en septembre prochain.

Hervé A.