Boko Haram bomber kills Muslims in Maiduguri

A suspected Boko Haram bomber has reportedly attacked a group of Muslims having their early morning prayers at a mosque opposite the University of Maiduguri.

The incident happened in the early hours of Tuesday, January 31 just days after an earlier incident happened inside the university that ended the life of a professor of veterinary medicine, Professor Aliyu Mani, and others.

Daily Trust reports that the male suic*de bomber entered the mosque located in Dalori quarters opposite the university and detonated the improvised explosive device while the congregation observed their prayers.

The report said an unspecified number of people were killed in the attack which was confirmed by the spokesperson of the National Emergency Management Agency (NEMA), Sani Datti.

Datti said: “There was a reported case of explosions at Dalori quarters, Maiduguri, Borno State. Our Search and Rescue officers are already on their way to the scene, detail later.”

Cameroun : comment les terroristes de Boko Haram se sont convertis à l’import-export

Cameroun : comment les terroristes de Boko Haram se sont convertis à l’import-export

NIGERIA : des grosses fortunes américaines financent Boko Haram

La résurgence de Boko Haram au Nigeria après la mort du fondateur de cette organisation au départ fondamentalement islamiste serait l’œuvre de 2 grosses fortunes américaines : Bill Gates et Hugh Grant PDG de la Monsanto Company.

En effet ces 2 milliardaires américains ont été identifiés par le “Global Alliance Prolife” (GPA) en tant sponsor étranger de l’insurrection de Boko Haram.
Global alliance Prolife a révélé que le nom de Boko Haram originel a été utilisé comme couverture dans des attaques terroristes. Selon GPA les vrais coupables étaient des assassins et des mercenaires embauchés par « Blackwater » ou « Xe-Service » appelé aujourd’hui « Academy », une armée privée propriété de Bill Gates et Monsanto Company.

Toujours selon Global Alliance Prolife, en 2009 après la mort du fondateur de Boko Haram (en tant secte purement islamiste opposée à la culture occidentale) Mohamed Yusuf, « Blackwater » a commencé le recrutement d’anciens enfants soldats sierra lionais et libériens de la rébellion de Charles Taylor et les a formé à Ouagadougou au Burkina Faso en dépit de l’éviction de « Blackwater » du Liberia par la présidente Ellen Johnson Sirleaf. Par la suite ces enfants soldats libériens et sierra lionais ont été amenés au Nigéria et présentés comme des employés de l’ECOMOG (The Economic Community of West African States Monitoring Group ou Groupe de Surveillance de la Communauté des Etas de l’Afrique de l’Ouest) pour officiellement combattre la secte islamiste Boko Haram.
Mais en réalité, la mission de ces mercenaires libériens introduis au Nigéria par Bill Gates et Monsanto Company était de déplacer les agriculteurs locaux du Nord Est du pays ; de créer une chute de la production agricole et obliger le gouvernement fédéral à adopter les grandes exploitations des deux géants américains spécialisés dans l’agrobusiness génétiquement modifiée pour nourrir la population. Les aliments de base locales, tels le riz, le sorgho ; le millet ou le manioc serait ainsi remplacés par des variantes génétiquement modifiées de Gates et Monsanto leur cédant ainsi efficacement la sécurité alimentaire pour plus de 170 millions de nigérians.

Selon l’AGP, « le volume de production des ces OGMs serait alors vendue à des prix inférieurs à celui de la nourriture cultivée biologiquement ou naturellement partout ailleurs au Nigeria, détruirait le marché des aliments biologiques traditionnels, faisant des cultures des industries agroalimentaires Gates/Monsanto dominants de l’alimentation au Nigeria.
Le président de GPA, le Dr Philip Njemanze a également tiré la sonnette d’alarme sur les moyens de hautes technologies utilisées par bill Gates dans l’exécution du plan terrorisme. Selon lui ; la récente entrevue du maniaque de la micro-informatique dans le quotidien ‘’Daily trust’’ dans laquelle il a déclaré que « sa fondation effectuait de la télédétection dans les Etas du Nord Est du Nigéria fief de Boko Haram pour étudier les schémas de migration des personnes » signifiait que des images satellitaires contre la loi nigériane ont été utilisée par l’espionnage pour identifier les installations militaires nigérianes comment s’en échapper et les attaquer en état d’urgence.

Le Dr Njemanze a par ailleurs dénoncé les téléphones portables distribués aux agriculteurs locaux par Bill Gates via le ministère nigérian de l’agriculture pour accorder à ces derniers des agro-crédits pour les engrais et les cultures OGM. Décrivant ces dons comme des « portes feuilles de la morts » faits et acceptés dans le mépris total de la preuve fournie par le Ministère américain de l’agriculture (USDA) que les OGM ne peuvent augmenter les rendements des cultures, sinon diminuer la production agricole globale , endommager les terres fertiles , le président de GPA soutient que les OGM constituent des risques sanitaires dangereux encore méconnus incluant des cancers et autres maladies débilitantes.

Toujours selon le Dr Njemanze, grâce aux GPS des téléphones cellulaires distribués aux populations rurales du nord du Nigéria , la position de chaque agriculteurs serait connue des terroristes à la solde des multinationales agroalimentaires américaines qui utilisent des images satellitaires pour connaître l’emplacement de la JTF ( Joint Task Force) et les téléphones portables pour traquer les agriculteurs nigérians.

Ngouegni N. Nadege

Cameroun Libération des trois religieux occidentaux par Boko Haram

02-06-2014
Les trois religieux occidentaux dont deux prêtres italiens et une sœur canadienne, enlevés dans la nuit du 4 au 5 avril 2014 à l’Extrême-nord du Cameroun par le mouvement terroriste Boko Haram, ont été libérés, dimanche 1er juin 2014.

Ils sont désormais libres, les trois religieux occidentaux kidnappés il y a deux mois par des intégristes de la secte islamiste nigériane Boko Haram. Dans un communiqué officiel, le gouvernement camerounais, à travers le secrétariat général de la présidence, a indiqué que «le Président de la République Paul Biya annonce à l’opinion nationale et internationale que les trois religieux enlevés à l’Extrême-nord, localité de Tchéré, dans la nuit du 4 au 5 avril 2014, ont été remis cette nuit aux autorités camerounaises. Les deux prêtres et la sœur sont sains et saufs et se portent bien».
Après 58 jours de captivité au Nigéria par la secte islamiste Boko Haram, la sœur canadienne Gilberte Bussier et les pères italiens Giampaolo Marta et Gianantonio Allegri sont arrivés dimanche en mi-journée à Yaoundé, la capitale camerounaise, à bord d’un aéronef militaire sous bonne escorte où ils ont été accueillis par des autorités politiques et religieuses parmi lesquelles un émissaire spécial du Vatican. Ils ont respectivement retrouvé le haut-commissariat du Canada pour la religieuse, l’ambassade d’Italie pour les deux prêtres, et devraient, selon des sources proches du dossier, regagné respectivement leur pays. Apparemment bien portants, les trois ex-otages ont déclaré avoir «été bien traités» pendant les deux mois de détention, avant d’exprimer leurs profonds remerciements au chef de l’État, Paul Biya, pour son intervention ayant permis leur libération.
Pour le moment, les autorités camerounaises qui n’ont pas expliqué les conditions dans lesquelles cette libération est intervenue n’ont pas indiqué si une rançon a été payée. Dans une brève réaction, la sœur Gilberte Bussier, âgée de 78 ans, estime que ces deux mois de captivité constituent «une belle expérience spirituelle», ce qui laisse croire que les religieux pourraient revenir au Cameroun, «un beau pays», ont-ils reconnu. Avec cette libération des trois religieux, il reste encore entre les mains des islamistes de Boko Haram dix ressortissants chinois enlevés le 17 mai 2014 dans la localité de Waza, Extrême-nord du Cameroun, frontalière du Nigéria. Conformément aux résolutions prises lors du Sommet de Paris en mai dernier consacré à la sécurité au Nigéria et dans la région sous la houlette du président français François Hollande, le président camerounais qui avait déclaré que désormais «la guerre est déclarée à Boko Haram», le Cameroun vient de déployer un important dispositif militaire dans la partie septentrionale du pays. Plus de 3 000 militaires supplémentaires ainsi que d’importants moyens logistiques.

ACHILLE MBOG PIBASSO