’’LA NUIT DU 229 A PARIS’’ : DES HEURES DE GLOIRE DE LA MUSIQUE BENINOISE LE 20 AOUT 2016

Le 20 de ce mois d’août, les Béninois de la diaspora vivant en France devront compter avec un événement qui s’annonce dansant, relaxe et convivial : ’’La Nuit du 229 à Paris. La coordonnatrice de l’événement, aborde, à travers cet entretien qu’elle a accordé à Dekartcom, les coulisses de la création de l’événement tout en évoquant son impact sur la musique béninoise.

Dekartcom : Bonjour Yannisse Kpossou. Vous êtes, la coordonnatrice du projet « La Nuit du 229 à Paris ’’. Pourquoi une telle initiative ?

Yannisse Kpossou : Permettez-moi au prime abord, de vous remercier de cette opportunité que vous me donnez de parler de l’événement ’’La Nuit du 229 à Paris’’, via votre canal.

L’événement ‘’ La Nuit du 229 à Paris’’ a été initié par une équipe de jeunes de la diaspora qui a décidé de créer un creuset qui serve de retrouvaille conviviale aux nombreux béninois de la diaspora dont les vacances d’été ne permettent pas de faire un tour au pays soit par défaut de durée, soit par défaut de moyen. Cette décision prise, le constat a donc été fait que le Bénin dispose d’un répertoire musical assez varié mais peu valorisé et non consommé au plan international par défaut de promotion. C’est suite à ce constat que l’équipe a décidé sous la coupole de l’association Voice Of Africa d’initier une Soirée Dansante en l’honneur des artistes béninois, soirée au cours de laquelle seront joués que des morceaux des artistes d’origine béninoises et des sonorités du Bénin. Il est donc question d’un projet qui permettra à la diaspora béninoise de se retrouver dans un cadre à ambiance relaxe, de créer des conditions de brassage entre les membres de la diaspora béninoise et de contribuer au rayonnement de la musique béninoise en Europe.

Pensez-vous vraiment que le répertoire musical béninois est assez dansant au point de permettre l’animation d’une soirée à ambiance ‘’boite de nuit’’ sans ennuyer le public présent ?
C’est justement là, toute la raison d’être de notre concept et son originalité. L’idée d’organiser ce projet consiste d’ailleurs à bannir des préjugés selon lesquels, les artistes du Bénin ne font pas de la musique de variété et des morceaux dansants. Je vais défier toutes personnes qui viendra à cette soirée sans esquivée un pas de danse avant de repartir chez lui. Quand vous avez des artistes comme la talentueuseSessimè, Zenab, Fanicko, Niyi Kossiberu, Martin Hod, Richard Flash, pour parler d’une génération récente sans cité les nombreux jeunes et les anciens qui nous ont bercé de par leur musique, je peux vous garantir qu’il y a aura de la nostalgie dans l’air et de la fierté d’être béninois à cette soirée là.

Vous voulez dire que vous organisez une soirée dansante uniquement dédiée aux musiques et sonorités béninoises de 21h à 6h sans ennuyer ?

Il faut préciser que la soirée se déroule en deux étapes. La première étape consiste à offrir un dîner au public pendant lequel il y aura des interprétations, des défilés de mode, de la chorégraphie et une prestation artistique d’un artiste surprise qui je vous le garantie n’a pas encore fait de scène en Europe. Ce sera la première fois que cet artiste preste en France. Et il s’agit d’un béninois très adulé par le public. Cette étape couvrira la plage horaire de 21h30 à 00h. La deuxième étape qui laisse place à la soirée dansante débutera donc à partir de minuit jusqu’à l’aube.

Yannisse Kpossou, coordonnatrice du projet "La Nuit du 229 à Paris"

Yannisse Kpossou, coordonnatrice du projet « La Nuit du 229 à Paris »

A votre avis, quel sera l’impact de cet événement sur le public attendu ?

Dans un premier temps, il s’agit d’inciter la diaspora béninoise à prendre conscience de la richesse de son répertoire musical de manière à ce qu’elle décide d’investir dans l’industrie du disque mais aussi et surtout de faire prendre conscience aux DJ des boites de nuit de Paris et de l’Europe en général de la richesse du répertoire musical béninois.

Nul doute que votre événement s’inscrit dans la continuité des festivités du 1er août vu que le Bénin vient de fêter ses 56 ans d’indépendance.

Si vous suivez ma logique de développement en réponse à votre première question, vous comprendrez avec moi que cet événement n’est pas du tout inscrit dans les festivités de l’indépendance du Bénin.

De la spécialisation en Commerce et logistique international au champ culturel, il n’y a qu’un pas ?

Smile ! Il est vrai que je suis spécialiste en commerce et logistique international et que je suis employée d’une grande entreprise française dans ce domaine. Je dirai oui, d’un champ d’intervention à un autre, il y a plusieurs pas certes mais avec la passion et la volonté on peut réduire ce pas. J’aime souvent évoquer ce propos de l’actuel locataire de la Présidence de la République du Bénin pour faire démentir cette vision des choses. Ce dernier répondait à une question pareille d’une personne lors d’un meeting à Paris auquel j’ai assisté. Il disait ceci : « quand je sais que je n’ai pas des compétences dans un domaine et qu’il y a possibilité de m’investir dans ce domaine pour jouer ma partition, je prends l’initiative et je m’entoure des professionnels du secteur pour imprimer ma marque ». Allez-y comprendre donc !

En guise de clôture de cette interview, avez-vous un appel à lancer aux Béninois vivant en France et en Europe ?

« La Culture sans ma Culture m’Acculture ». Cette pensée empruntée aux organisateurs du festival Quintessence est une des motivations de ma personne et de mon équipe qui portent l’événement « La Nuit du 229 à Paris». Je suis de celles qui pensent qu’on peut apporter sa pierre à l’édifice de la nation de partout, qu’importe notre domaine d’activité. Je demande aux béninois de l’extérieur de sortir massivement le 20 Août pour démentir ce préjugé que certains ont de nos artistes et de notre répertoire musical. Je m’en voudrai de terminer cette interview sans adresser mes chaleureux remerciements à monsieur Romain Da Costa qui a accepté sans condition de parrainer cette édition. J’adresse aussi mes reconnaissances à tous les membres de mon équipe projet qui œuvrent chaque jour à la réussite de l’événement.

Réalisation : Esckil AGBO