Le ministère de la Santé et de la protection sociale en proie à des détournements de fonds

Il a été identifié au ministère de la Santé et de la protection sociale, trois (3) cas de détournement de fonds. « Des détournements de plus grande envergure viennent d’être encore détectés au sein du même ministère ». C’est ce qu’a appris l’Agence de presse Afreepress d’un communiqué du gouvernement.
Selon le document, le premier cas concerne des dépenses inéligibles d’un montant d’environ 59 millions de francs CFA effectués en juin 2012 dans le cadre du 9ème Round du financement du Fonds mondial pour la lutte contre le paludisme. Sont visés, 38 médecins et 29 comptables. A la date du 14 décembre 2015, ces fonctionnaires indélicats de l’administration de la santé ont reversé sur les comptes du Fonds mondial via Plan-Togo, 95% des fonds détournés, indique le gouvernement.
Le second cas de détournement concerne 18,6 millions de francs CFA du Fonds GAVI inscrits au titre d’un appui à la vaccination entre 2011 et 2014. 87 agents sont à la source de cette soustraction de deniers publics. A la date du 17 décembre, les 67% des fonds ont été reversés, apprend-on du document.
Le troisième concerne 108 millions de francs CFA qui sont des reliquats des 400 millions de francs CFA que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis à la disposition du ministère de la Santé pour des campagnes de vaccination contre la méningite-A et la poliomyélite. Ici, quatre (4) agents ont été inculpés dont deux (2) en détention et deux (2) autres en liberté provisoire, indique le communiqué.
Tout en promettant de poursuivre en justice jusqu’au paiement du dernier centime les auteurs et de prendre également « sans hésitation » les sanctions disciplinaires qui s’imposent, le gouvernement fait savoir que « la bonne gouvernance est le seul gage nécessaire pour donner un nouvel élan aux efforts entrepris pour ouvrir la voie au progrès économique et social ».
Le gouvernement invite par ailleurs les fonctionnaires d’Etat à l’observance des vertus de l’éthique et de la déontologie dans leur quotidien professionnel.

AfreePress