Lancement du colloque préparatoire sur le réchauffement climatique

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Nicoué K. BROOHM a lancé le vendredi 30 octobre dernier à l’Auditorium de l’Université de Lomé le colloque sur la préparation de la Conférence de Paris sur le climat. Le thème retenu pour cette rencontre à laquelle plusieurs étudiants et experts ont pris part est : « Politique, droit et climat : quelles stratégies en vue de COP 21 ? ».
C’est en marge de la Conférence de Paris (France) à laquelle prendra part le Togo en fin novembre prochain qu’a été organisé à l’Université de Lomé un colloque sur le changement climatique.
Il s’agit de trouver des mesures de prévention des risques de catastrophes naturelles liés au réchauffement climatique, des solutions venant d’experts et universitaires à travers un cadre de réflexion qui assure au Togo un meilleur devenir à l’horizon 2050.
Selon Alida ASSEMBONI, membre du comité d’organisation et enseignante à la Faculté de Droit de Lomé, ce colloque vise le développement d’un cadre de discussion et de réflexion sur la manière dont les universitaires pourront avoir un impact sur la COP 21 : « A notre niveau déjà à l’Université, on veut faire participer aussi bien les experts, les enseignants, et les étudiants qui ont assez d’idées et d’éléments et qui pourront effectivement contribuer aux processus de lutte contre le changement climatique qui est organisé à l’échelle planétaire », a-t-elle laissé entendre.
Les enjeux de cette rencontre scientifique répondent donc aux attentes effectives du Togo, qui n’est pas en marge des confrontations liées aux aléas climatiques.
Des enjeux dont l’exécution des engagements au titre de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, se situent notamment dans les domaines de l’éducation et de la sensibilisation du public.
En effet, on observe au Togo depuis quelques années de graves perturbations dans la variabilité spatiale et temporelle des précipitations, affectant considérablement les régimes pluviométriques saisonniers avec des répercutions immédiates sur les qualités et la quantité des récoltes.
Les intempéries sont devenues de plus en plus fréquentes, tout comme la désertification, la déforestation qui sont d’une avancée remarquable sans oublier l’érosion côtière qui avance de manière inexorable sur la côte togolaise.
En clair, le dérèglement climatique et ces méfaits constituent non seulement un défi majeur pour le Togo mais aussi pour l’échelle planétaire; d’où un cadre de réflexion pouvant apporter des solutions.
Le ministre BROOHM pour sa part a salué cette initiative des organisateurs, qui permet à tout togolais de contribuer à la résolution d’une crise concernant tous les pays du monde entier : « Je voudrais donc saluer la pertinence de ce colloque dont la tenue en prélude à la prochaine conférence de Paris sur les changements climatiques, interpelle tous les acteurs, aussi bien les chercheurs et leurs partenaires du monde du travail que les décideurs politiques, pour apporter la contribution de notre pays à la solution d’un problème, dont les dimensions dépassent largement notre espace national »,disait le ministre de l’enseignement Supérieur et de la recherche.
Pour finir, le ministre a profité de cette occasion pour exhorter tous les pays de la planète à forte production de gaz carbonique à un effort de réduction en termes de pollution afin de sauver le monde : « Il est aussi en droit de demander aux plus gros pollueurs de la planète, de faire des efforts significatifs pour limiter ces émissions au maximum, sans se soucier uniquement des profits à court terme, au détriment de l’avenir de nos enfants », a t’il ajouté.
La Conférence de Paris sur le réchauffement climatique aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 en France.