« C’est mon avis » : Les togolais décrivent le Général Gnassingbé Eyadéma

5 février 2005- 5 février 2016, déjà onze (11) ans que le Général Gnassingbé Eyadema, père de l’actuel Président de la République togolaise Faure Essozimna avait brisé sa pipe. Les citoyens se souviennent comme si s’était hier. En ce jour ou les proches, les membres de familles ont une pensée spéciale à son endroit, BNN Miva Social n’a pas dérogé à sa règle; celle de recueillir le point de vue de la population par rapport à ce que l’homme en question représentait pour eux.

Quel souvenir gardez-vous du feu Général Gnassingbé Eyadema ?

 

Firmin : Les images du Général Gnassingbé Eyadéma resteront toujours gravé es dans nos mémoires, surtout pour ses innombrables actions menées dans la sous région et un peu partout en tant que médiateur. C’est un homme de paix. Encore une fois que son âme repose en paix.

 

Sassou : Eh le Koro ! (rire).Au temps du vieux, nous étions gâtés à l’Université de Lomé. Tout était simple pour l’étudiant et les jambons du restaurant faisaient la joie de tous. C’est vrai qu’il était un peu dur mais ce qui me plaisait chez lui c’est qu’il aimait discuter et comprendre les inquiétudes des jeunes. Paix à son âme.

 

Djibril : La mort du feu Général c’était la fête à Lomé. Puisqu’il constituait une terreur pour un bon nombre d’individu et moi je me souviens très bien encore quand on nous a annoncé la nouvelle personne ne voulait croire à cela parce « ce n’était pas possible ». En tout cas il a sans doute fait plus de mal que de bien à ce pays.

 

Ataféimbo : « Le baobab géant », comme l’avait dit un grand de ce pays en pleur ! Si on imagine tout ce que Faure Gnassingbé a fait en 10 ans comparativement aux 38 ans de règne de son père, je dirai tout simplement que monsieur Etienne a juste pris le soin de vivre une bonne partie de son paradis au fauteuil présidentiel. Il avait tout simplement dilapidé les biens de ce pays. Néanmoins que la terre lui soit légère.

 

Niale : Bon moi je n’ai pas connu en tant que tel cet homme d’autant plus que j’étais encore très jeune avant qu’il ne meurt. Mais je peux dire que la terreur mise en place par son régime dans le temps et qui faisait peur à nos parents, nous l’avions aussi un tout petit peu subi ce qui fait que on ne pouvait pas tout jeune dire un certain nombre de choses à certains endroits. 11 ans c’est beaucoup et j’espère qu’il aura au moment convenu l’assentiment du père céleste pour quitter le purgatoire et aller au paradis.

 

Akué : Moi je pense au-delà de tout ce que les gens peuvent dire que c’est quelqu’un qui a beaucoup aimer son pays le Togo. Il mérite d’être encore honoré en ce jour. Nous allons aussi continuer par prier pour lui et une fois encore toute nos condoléances à sa famille.

 

Ida : Moi je dirai un dictateur avéré. C’est l’image qui me reste de cet homme qui imposait son véto même quand il n’a pas raison. Même mort, il a toujours les mains tâchées de sang. C’est lui qui attachait chaque soir des animaux à son hélicoptère alors qu’ il était interdit aux populations de toucher à un seul animal dans les savanes. Seul Dieu pourra le pardonner.

 

Eloge : Ce que je déplore chez cet homme c’est son attitude de « vagabond ». Lui seul avait une panoplie de femmes et des enfants dont le nombre exact n’est jusque là, pas connu. Ce n’était pas digne d’un homme apparemment aussi respecté qu’il soit. En plus il ne savait par faire une bonne gestion des biens du pays. Il a beaucoup dilapidé l’argent de ce pays plutôt dans les défilé et les animations, c’est ce qui faisait son honneur, sa fierté un point c’est tout.