Le slameur Kaporal Wisdom dans les collimateurs du BNN Miva Social

Des artistes aux talents fous, des voix hors pairs aux messages particuliers, c’est le rôle que s’est assigné BNN Miva Social cette semaine pour vous qui nous suivez à la lettre. Nous irons à la découverte d’un jeune qui fait parler de lui « slamiquement ». Il s’agit de Kaporal Wisdom, artiste poète et break danseur togolais que nous recevons.

 

BNN Miva Social : Bonjour Kaporal

Kaporal Wisdom : Bonjour BNN Miva Social

 

BNN Miva Social : Votre identité complète pour nos internautes

Kaporal Wisdom : à l’état civil : KOUNKE Ekué Holavi Wisdom, artiste togolais, africain de nationalité, poète, slameur. Je suis aussi dans la danse et tout ce qui constitue la culture générale.

 

BNN Miva Social : Dites nous, à ce jour comment se porte l’univers du slam au Togo ?

Kaporal Wisdom  L’univers du Slam au Togo c’est comme un enfant qui commence par marcher,  qui doit faire ces premiers pas petit à petit et commencer par courir. Voilà nous sommes toujours à l’état embryonnaire, mais bien évolué quand même par rapport à certains pays d’Afrique. Le Slam togolais est une référence.

 

BNN Miva Social : Peut-on dire aujourd’hui qu’il est prometteur ?

Kaporal Wisdom  Le Slam togolais est prometteur. Au fait c’est le seul qui promet parce qu’il y a des tendances qui vont et qui reviennent mais le slam demeure le slam peu importe ce qui va arriver. C’est comme le Ruby dans le désert.

 

BNN Miva Social : Combien réclamerait Kaporal pour monter sur scène ?

Kaporal Wisdom  (Rire)…Cela dépend de la scène. Une scène dans un centre culturel est un peu différente d’une scène au palais des congrès. Et une scène dans un centre culturel est différente  du fait qu’on soit invité à un mariage ou à une certaine cérémonie. Tout dépend du contrat, de la manifestation et de l’engagement. Bref tout est négociable dans la vie. Il y a certaine scène que l’on fait à 0F ? Tout dépend du contexte dans lequel nous sommes. Si nous sommes dans le social et je sais que ma voix peut porter  ou que ma contribution peut changer certaines mentalités, et bien c’est volontiers. C’est comme par exemple le concert pour soutenir les détenus ou destiné à d’autres fins sociaux.

BNN Miva Social : Pourquoi l’usage régulier du vernaculaire dans la plupart de vos compositions ?

Kaporal Wisdom  Au fait le vernaculaire c’est une particularité, c’est une originalité. Je ne vois pas un Français parler l’éwé en faisant du slam. Je pense qu’il faudrait qu’on apprenne à mettre en valeur nos atouts, notre richesse. Et la langue, moi je la choisis par rapport à mes thèmes. Si je veux m’adresser à une population qui est à 40% analphabète et que je dois m’exprimer en français ou en anglais, le message ne passera pas.

Prenons les bonnes dames du marché qui maîtrisent leurs affaires mais n’ont pas été à l’école, il faut que je m’exprime dans leur langue pour que le message puisse passer. J’ai des textes qui sont aussi en français tout comme en anglais, à l’exemple de  « Demain il fera beau » version remixée. En résumé le choix de la langue dépend du thème à débattre.

 

BNN Miva Social : Justement parlant de « Demain il fera beau », qu’est ce qui a motivé ce remix sorti tout récemment ?

Kaporal Wisdom : L’idée première, la première version c’est que j’avais rêvé d’un pays, mais on ne peut rêver d’un pays toute fois en oubliant qu’il se situe dans un continent. Voilà l’idée est venue de là. Rêver d’un continent et ça ne s’arrête pas là; on peut aller jusqu’à rêver d’un monde. C’est toute une idéologie,une philosophie : tout est possible et il y a d’autres remix en cours.

 

BNN Miva Social : Une idée sur le tournage du remix

Kaporal Wisdom  Le clip a été tourné au Togo, au Bénin, au Burkina et en Côte d’ivoire. Cela a pris du temps, de l’énergie tout comme beaucoup d’argent mais c’est la passion et la volonté de vouloir satisfaire le public et de donner le meilleur de soi qui nous a poussé à aller jusqu’au bout.

 

BNN Miva Social : « Kuevi Yéhowa bévi en featuring avec le Saint Esprit », Qu’est-ce qui se cache réellement derrière ce concept ?

Kaporal Wisdom : Comme je l’ai dit au début mon nom c’est : KOUNKE Ekué Holavi Wisdom, mon nom d’artiste Kaporal Wisdom. « Kuevi yéhowa bévi » : J’ai essayé juste d’ajouter « vi » à Ekué en guise d’humilité, pour me rabaisser un tout petit peu.

Yehowa bévi remplace en fait « hola ». Le featuring avec le saint Esprit pour moi c’est une incantation, c’est pour briser toutes les mauvaises idées qui vont suivre mes prestations. Et à chaque fois que je le dis, même les non-chrétiens le répètent après moi. Je suis en train d’évangéliser, je suis en train d’imposer ma religion en quelque sorte.

 

BNN Miva Social : Kaporal est croyant ?

Kaporal Wisdom  Oui je suis croyant, chrétien catholique pratiquant

 

BNN Miva Social : Quelques collaborations dans votre écurie ?

Kaporal Wisdom  J’avais fait des featurings. Il y a la famille Plumes Nègres avec qui j’ai fait au moins deux clips et un festival. Et on a réalisé beaucoup de choses ensemble. C’est juste une question de temps. On ne peut pas tout faire à la fois ou même moment. Donc on y va petit-à-petit pour marquer le terrain.

 

BNN Miva Social : Doit-on s’attendre à d’autres collaborations ?

Kaporal Wisdom  Forcément, surtout avec les remix de « Demain il fera beau », il y a encore une dizaine de slameurs qui vont poser leur voix, le meilleur reste à venir, que Dieu nous prête vie et la santé et les gens ne seront pas déçus.

 

BNN Miva Social : Vos perspectives d’avenir

Kaporal Wisdom : L’album est en cours de préparation et il ya aussi une tournée en vue. Déjà le 31 octobre je suis à la plage de l’autre côté de la fête de la bière. Le 7 novembre, à Aného avec Dzifason Nuclear, Sethlo et après la course continue à Tsévié, Atakpamé…etc

 

BNN Miva Social : Nous vous remercions

Kaporal Wisdom : C’est plutôt moi qui vous remercie. Que Dieu bénisse le Togo et l’Afrique Ciao Ciao !