La colère noire d’Alpha Condé contre Rfi : “vous êtes venus déformer l’histoire de la Guinée…”

Le Président guinéen Alpha Condé a fait montre d’une vive colère contre les medias français ce dimanche 30 septembre 2018. Invité de Sophie Malibeaux Chef adjoint du service international de Rfi, le Chef de l’Etat guinéen visiblement dans tous ses états a laissé éclater sa frustration.

Au cours de l’entretien, l’animatrice a eu du mal à canaliser le débat. Le dirigeant guinéen, sur ses nerfs s’en prenait à la fois à la journaliste qu’il accuse d’avoir des idées arrêtées sur la Guinée, mais aussi à son media (RFI) qu’il reproche d’être venu falsifier l’histoire de son pays.

C’est un entretien houleux marqué par piques et des phrases chocs auquel les auditeurs ont assisté. « Ce n’est pas à Rfi ou au Monde que les guinéens ne connaissent même pas que je vais expliquer ça.  Je suis en contact avec mon peuple, c’est avec lui que je dialogue (…) Ce n’est pas à Rfi que je vais parler de mon bilan, c’est devant mon peuple. S’il y a des gens qui ont le complexe de vous, ce n’est pas mon cas, c’est à mon peuple que je m’adresse.  C’est mon peuple qui jugera mon bilan, et non Rfi. Je n’ai aucun complexe, je m’adresse à mon peuple dans sa langue », a martelé le dirigeant guinéen.

La colère d’Alpha Condé n’était pas cachée. Il dit être très choqué d’entendre les journalistes dire que la Guinée n’a pas décollé depuis 2011, moment de sa prise du pouvoir. Il n’a pas manqué de demander à l’animatrice de rester en France.

« Vous avez dit que la Guinée n’a pas décollé. Ce qui est contraire à la vérité (…) ce qui vous intéresse c’est de venir en Guinée avec des idées arrêtées… madame je suis choqué d’entendre que la Guinée n’a pas émergée, je suis choqué, je suis choqué (…) ce n’est pas la peine de venir en Guinée, restez en France alors si vous dites que la Guinée n’a pas décollé », a-t-il fustigé, rappelant les nombreuses réalisations notamment dans le secteur hôtelier depuis qu’il est là.

« Vous êtes très contente d’être au Millenium, à Sheraton, au Palm hôtel ou bien à Kaloum. Aujourd’hui vous êtes très contents d’avoir des hôtels où vous pouvez dormir comme à Paris et vous venez nous dire que la Guinée n’a pas décollé. Mais non madame, si vous êtes venues avec des idées arrêtées pour présenter une mauvaise image de la Guinée, partez avec elles (…). Vous êtes venues déformez l’histoire de la Guinée (…) de toute façon madame, je vais vous dire : ce n’est ni TV5, ni Rfi qui va décider du destin du peuple de la Guinée. Vous pensez que peut-être parce qu’il y a beaucoup de chef d’Etat qui vous courent après, moi, le peuple de Guinée sait ce qui se passe chez lui. Je n’ai aucun complexe des journaux français, américains ou chinois, il faut que ça soit très clair », a-t-il prévenu.

Diallo Boubacar  1

africaguinee.com