DANS LE CADRE DES FÊTES DES MÈRES 2016, BNN REÇOIT MADAME EMILIE BLANDINE TOKO, SAGE-FEMME A LA RETRAITE AU BÉNIN

La fête des mères est arrivée. L’Equipe BNN (Blogs Nouvelles & Notes) du réseau social africain www.mivasocial.com est honorée de recevoir pour ses lecteurs, Madame Emilie Blandine TOKO.

Propos recueillis par Equipe Réseau MIVASOCIAL.

BNN : Quand vous étiez jeune fille, nourrissiez-vous des rêves de devenir maman?

Madame Emilie Blandine TOKO: Bien sûr. Tout sexe féminin nourrit ce rêve car en Afrique, ne pas procréer est perçu comme une malédiction.

BNN : Trouvez-vous aujourd’hui que votre milieu éducatif a influé ce rêve?

Madame Emilie Blandine TOKO: Oui j’ai grandi dans un milieu où la femme qui a accouché est valorisée. Elle est entourée de soins par le mari, les tantes et les autres membres de la famille. Elle a une alimentation spéciale et est traitée comme une reine. Elle est mise au repos pendant un temps donné. Donc tout cela a suscité en moi un désir de devenir mère à l’âge adulte.

BNN : Pouvez-vous partager avec nous vos sentiments à la naissance de votre premier enfant?

Madame Emilie Blandine TOKO : D’abord un sentiment de reconnaissance envers Dieu qui a veillé sur moi pendant la grossesse et l’accouchement. Je débordais de joie et d’affection, j’étais très émue, j’avais l’impression qu’un changement s’est opéré dans ma vie.

BNN : Dites-nous s’il vous plait, une chose que chacun de vos enfants vous a dite et qui vous a agréablement surprise, amusée ou impressionnée.

Madame Emilie Blandine TOKO: Je ne peux pas tout dire mais je peux donner quelques exemples.

Un jour, un de mes enfants m’a dit que lorsqu’il va grandir et qu’il aura les moyens, il va me construire un château ce qui m’a à la fois amusée et surtout impressionnée car c’était sa façon à lui de me témoigner son amour. Je me souviens aussi un autre de mes enfants, quand j’étais malade, à chaque fois que je tousse il s’approchait pour me dire “doucement maman”, et avant d’aller à l’école il me disait: Maman si tu tousse sache que je te dis doucement en esprit. Cela m’a aussi amusée mais vraiment surprise de voir l’amour qu’il avait pour moi déjà petit.

BNN : Chaque enfant est unique. Expérimentez-vous cette unicité avec chacun de vos enfants? Pouvez-vous nous décrire un cas ?

Madame Emilie Blandine TOKO: Tout à fait chaque enfant est unique. Certains de mes enfants sont très affectifs et collants tandis que d’autre le sont mais de façon modéré.

BNN : En tant que mère, qu’est-ce qui vous procure le plus la joie ?

Madame Emilie Blandine TOKO: C’est de voir mes enfants émerger, être en bonne santé et surtout être bien ancrés dans le Seigneur.

BNN : Et si vous aviez le choix, préfériez-vous être un père?

Madame Emilie Blandine TOKO: Non je ne veux pas être père, les enfants sont souvent proche de leur mère et rares sont les pères qui consacrent du temps à leurs enfants et j’aime bien le rôle de mère.

BNN : Quels conseils avez-vous pour les jeunes filles, prochaines générations de maman?

Madame Emilie Blandine TOKO : Elles doivent se comporter dignement, persévérant dans la prière et la lecture de la parole de Dieu, avoir un métier avant d’aller au mariage, attendre le choix du Seigneur pour une vie de couple épanouie. Il ne faut pas oublier qu’un enfant, c’est toute une responsabilité ; donc elles doivent être capables de consacrer leur vie à l’éducation de leurs enfants.

BNN : Si un compte à rebours était possible, quelle serait la seule chose que vous feriez différemment en tant que maman?

Madame Emilie Blandine TOKO: Ce que je ferai, c’est de ne pas avoir beaucoup d’enfant. Je ne regrette pas d’en avoir eu cinq mais je pense que j’aurais été capable de plus subvenir à leurs besoins si j’en avais fait moins.

BNN : Avez-vous un mot de fin pour nous?

Madame Emilie Blandine TOKO: Je tiens sincèrement à vous remercier, j’encourage et j’apprécie cette initiative de promouvoir les réalités de l’Afrique en matière d’ambiance familiale. Je vous souhaite plein succès et que la grâce de Dieu vous accompagne.

A toutes les mamans je dis bonne fête, beaucoup de courage, de patience et de persévérance dans la prière. Le Seigneur est notre appui et notre force. Soyons des aides de valeur aux côtés de nos maris et soyons amis avec nos enfants. Les épreuves ne manqueront pas, mais le Seigneur dans sa fidélité a promis de ne pas nous abandonner car il est la solution à nos problèmes.

BONNE FÊTE !!!