Deuxième tour des élections présidentielles : Koupaki appelle ses militants à maintenir le cap de la Rupture

Le leader et chantre de la Nouvelle conscience, le Président Pascal Irénée Koupaki a rencontré dans la journée d’hier, ses militants et sympathisants de la nouvelle conscience. Le leader de la Nouvelle Conscience a échangé avec ses derniers sur l’option qui sera celle de leur mouvement dans le cadre du second tour du scrutin prévu pour se tenir le 20 mars
Quatre jours après le premier tour de la 6ème élection présidentielle depuis l’avènement du renouveau démocratique au Bénin, le numéro 1 de la Nouvelle conscience et ses apôtres se sont retrouvés hier à la salle bleue du Palais des congrès de cotonou, non pas pour célébrer une victoire, mais réfléchir sur le second tour qui pointe à l’horizon et doit se tenir dans quelques jours. « La force du Baobab résiste dans ces racines », voilà pourquoi au dire de Lambert Koty, Coordonnateur général de campagne du candidat, le bureau a souhaité écouté sa base. « Si nous avons décidé de vous rencontrer, c’est bien pour opérer un choix et pour continuer le combat entamé par le passé ». Tout vêtu de jaune et relaxe, Pascal Irénée Koupaki , l’homme qui prône le CFA(confiance, foi et abnégation), s’est dit satisfait et fier des résultats de l’élection présidentielle du 6 mars 2016 publié par la CENA. Des résultats qui le créditent de 5,85 % de suffrages et le classent 5ème sur les 33 candidats engagés dans la compétition.
Au cours de cette rencontre, Pascal Irénée Koupaki a souhaité à ses militants et sympathisants qu’ « Il nous faut former avec nos adversaires d’hier, mais partenaires d’aujourd’hui, une union citoyenne en vue d’opérer une rupture avec le système de gouvernance actuel dont tout le monde observe les effets pervers ». Et pour y arriver, le chantre de la nouvelle conscience va plus loin : « Je compte sur vous pour continuer à préserver nos acquis et maintenir allumée cette flamme qui nous a guidés jusqu’ici. Soyez fiers et restez dignes».
Arrivé 5ème, selon les grandes tendances publiées par la Commission électorale nationale autonome (Céna), le leader du Rassemblement de la Nouvelle conscience prend ainsi position contre la continuité de la gouvernance actuelle qu’incarne Lionel Zinsou et s’affiche comme un partisan de la rupture prônée par Patrice Talon. Sans doute qu’il soutiendra ce dernier au second tour de la présidentielle. Pour lui, la configuration que lui offre le second tour de la présidentielle n’est pas facile mais au regard du travail abattu et des perspectives de son projet de société, face à cela, Irénée Koupaki et ses militants ne veulent pas rester de simples spectateurs ; « nous devons jouer toute notre partition en tant qu’éclaireurs des routes nouvelles.
Nous nous prononcerons, et notre position, pour ne pas dire notre choix, se fondera sur la seule nécessité de préserver les valeurs républicaines, celles d’un peuple libre qui décide par lui et par lui tout seul. » a laissé entendre le président du RNC. Présent à cette rencontre, Paul Gnimagnon, représentant des partis politiques partenaires à la Nouvelle conscience, adhère aux idéaux du Leader de la Nouvelle conscience. « Son choix est notre choix. Cependant, nous avons deux messages aux autres candidats à part celui que nous allons affronter pour le deuxième tour. Premièrement, nous demandons à ses derniers, de contester toutes négociations, même si c’est de rembourser mille fois les frais de campagne et deuxièmement, nous leur demandons de nous rejoindre le plus tôt possible. »

Présidentielle au Bénin: vers un second tour Lionel Zinsou-Patrice Talon

Mardi 8 mars à 4 h du matin, la Commission électorale nationale autonome (Céna) a délivré les « grandes tendances » du premier tour de l’élection présidentielle au Bénin, selon l’expression employée par son président. Le chef du gouvernement sortant Lionel Zinsou serait en tête. Il devrait affronter l’homme d’affaires Patrice Talon. On attend désormais les résultats de la Cour constitutionnelle.
Le Premier ministre devant deux hommes d’affaires, c’est ce qui ressort des « grandes tendances » de la Céna : Lionel Zinsou est crédité de 28,44 %, devant Patrice Talon (24,80 %) et Sébastien Ajavon (23,03 %). La Commission électorale a donné des chiffres très précis, car ils sont assez serrés pour le trio de tête.
Quatrième avec 8,79 % des voix : Abdoulaye Bio Tchané, ancien patron Afrique du Fonds monétaire international (FMI), qui avait fini troisième en 2011. Enfin, l’ancien Premier ministre Pascal Irénée Koupaki apparaît dernier parmi les cinq favoris, avec 5,85 %.
Derrière, les meilleurs scores sont à l’actif de deux généraux à la retraite : Robert Gbian et Fernand Amoussou, qui obtiennent moins de 2 % des suffrages. Tous les autres candidats, 26 sur 33 au total, oscillent entre 0,04 % et 1 %.
La participation est de 64 %, un taux habituel pour une présidentielle au Bénin. La Céna a précisé qu’il s’agissait des grandes tendances après compilation des résultats des 546 arrondissements. Il manque ceux des Béninois de l’extérieur.
La Commission électorale a aussi indiqué que ces tendances sont basées sur la transmission par téléphone des résultats, un système informatisé et sécurisé mis en place pour ce scrutin, en attendant le contrôle, avec les procès verbaux qui ont été acheminés par la route à la Céna.
La Commission électorale nationale autonome a tenu sa promesse de communiquer les grandes tendances au plus tard 72 heures après le scrutin. C’est une première dans l’histoire de cette institution, qui existe depuis 20 ans. « Je crois que nous avons tenu notre pari », commente Emmanuel Tiando, président de la Céna.
« Je voudrais, à l’issue de la publication de ces grandes tendances, en appeler à l’esprit patriotique de tous les candidats, de leurs militants, afin que, de part leur comportement, la paix règne dans notre pays, ajoute-t-il. Je voudrais demander aux uns et aux autres de garder tout le calme nécessaire, en attendant les résultats provisoires et définitifs, qui seront donnés par la Cour constitutionnelle ».

RFI