NDK : le Rock-gospel : « C’est une musique… considérée comme diabolique alors que c’est la meilleure musique pour adorer Dieu ».

Le 10 mars prochain à 15h GMT a lieu à Lomé (Espace Level) un grand concert gospel dont le thème est : « Let everything praise God »; un concert gospel qui n’a rien à avoir avec les tendances habituelles. Ainsi, quand les chrétiens décident de faire autrement les choses, cela donne : du « Rock gospel »; une tendance autre fois qualifiée de satanique et qui après études reste une des meilleures musiques pour adorer Dieu. Pour mieux cerner le concept Mivasocial reçoit l’initiateur en la personne de NODO David Kékéli, connu sous le nom de NDK et ancien chef d’orchestre du célèbre groupe de gospel togolais Shalom Voice.

 

BNN Mivasocial : Bonjour NDK !

NDK : Bonjour Mivasocial !

 

 

BNN Mivasocial : Votre concert du 10 mars à Lomé porte comme thème : « Let everything praise God », D’abord pourquoi le choix de l’anglais ?

NDK : « Let everything praise God  » (Lord) veut dire que tout ce qui respire loue l’éternel. Le choix de ce thème est lié au fait que c’est une langue qui communique un peu partout. Nous ne voulons pas limiter les choses qu’au pays car notre vision est grande.

 

 

BNN Mivasocial : Vous avez réussi à mobiliser des chantres connus comme Chaneben et d’autres, comment est-ce que cela  a été possible ?

NDK : Ce n’est pas facile d’inviter les artistes. Mais si vous vous avez des relations personnelles avec eux et surtout quand ils comprennent un votre vision, ça marche mieux. Bref relation et vision.

 

 

BNN Mivasocial : Peut-on avoir un éclaircissement succinct de ce concept ?

NDK : Notre but est que tout le monde puisse louer le Seigneur. Il y en qui pensent qu’il n’est pas permis à tout le monde de louer le Seigneur. Exemple de quelqu’un qui n’est pas purement chrétien, qui ne va peut-être pas à l’église alors que la bible déclare que tout ce qui respire loue le Seigneur et tout ce qui respire n’est pas qu’à l’église. Même l’animiste peut louer le Seigneur si seulement il peut ouvrir sa bouche pour dire gloire à Dieu et c’est déjà grand.

Nous devons comprendre que le Christ n’est pas venu pour ceux qui sont déjà propres, mais plutôt pour sauver ceux qui ne sont pas encore prêts.

 

 

BNN Mivasocial : Il est souvent rare de voir des artistes gospel avec  des dreads …Une histoire à raconter, une obligation, une contrainte ?

NDK : Avant je n’avais pas les dreads. Un jour le Seigneur m’a confié une mission à faire au Togo et partout dans le monde. Ainsi le Seigneur vous emmène à certains lieux pour faire des constats que d’autres ne feront pas. Et moi je l’ai vécu ainsi par rapport aux personnes marginalisées. Quand tu t’approches d’eux, ils te diront qu’ils ne peuvent pas aller à l’église  car la manière dont on les accueille n’est pas commode.

En réalité ce sont des gens qui pour la plupart ont une vie exemplaire et confessent Dieu mais qui se sentent rejetés par les chrétiens à cause de leur rasta ou tatouage…etc. Le Seigneur m’a donc fait voir tout ceci afin que je puisse travailler au milieu d’eux. Je n’ai pas de dreads par plaisir mais pour le travail qui m’est confié.

 

 

BNN Mivasocial : Comment est-ce que la communauté chrétienne vous perçoit aujourd’hui ?

NDK : Avant sans dreads, j’ai eu à côtoyer beaucoup de pasteurs en tant que pianiste professionnel et de ministère. J’ai eu à travailler avec Bonké en 2011, avec de grands pasteurs qui viennent faire des conventions. Maintenant je continue de les approcher mais l’accueil n’est plus le même. Et du côté de la communauté chrétienne je peux avouer que je reçois des pressions. Bref mon look choque.

 

 

BNN Mivasocial : Les rumeurs  disent  que vous avez  fait un groupe célèbre par le passé. Qu’est qui a motivé exactement votre départ ?

NDK : J’étais le chef d’orchestre du groupe Shalom Voice avec lequel j’ai travaillé de 2007 à 2013. A un moment donné, les visions diffèrent et quand vous êtes dans un groupe, à un moment donné chacun peut vouloir développer ce qu’il a. Et si cela peut constituer un frein ou barrière pour le groupe, le mieux c’est de sortir pour faire ce que Dieu vous a confié.

 

 

BNN Mivasocial : Nombreux sont ceux qui organisent des concerts aux prix de 2000, 3000, 5000 et voire 10.000F ici à Lomé. Tandis que le vôtre est juste à 500 et 1000F. Est-ce la peur que les gens ne participent ?

NDK : Notre concert était parti d’une base gratuite et le thème déjà explique tout. Le prix d’entrée risquerait d’être un frein peut être pour un animiste qui voudra  venir. Comme il y avait par la suite quelques difficultés surtout de non sponsoring, c’est ce qui nous a poussé a gardé ce peu juste pour couvrir quelques charges supplémentaires.

 

 

BNN Mivasocial : Un dernier mot pour les fans ?

NDK : J’invite tout le monde à prendre part à ce concert. La vision que nous avons emmenée est une nouvelle. Nous faisons du rock gospel. C’est une musique vraiment marginalisée sur le continent et de surcroît dans le gospel; considérée comme diabolique alors que c’est la meilleure musique pour adorer Dieu.

Le diable ne fait que s’accaparer des belles choses pour en faire sa propre gloire. A partir de nos études, nous nous sommes rendu compte que c’est l’une des meilleures musiques pour adorer Dieu. En sommes en plus des rastas, nous voulons ramenés tout ce qui est marginalisé à la lumière de Dieu et les faire accompagner pour un avenir meilleur. J’invite donc tout le monde à venir découvrir ce qu’on appelle du « rock gospel ».

 

 

BNN Mivasocial : Nous vous remercions

NDK : C’est moi qui vous remercie.