Père Jean Philippe DIOUF : « Le secret fait partie de l’aura des maçons. Une maçonnerie transparente perdrait une partie de son mystère et donc du pouvoir qu’on lui prête ».

La franc-maçonnerie : sujet apparemment tabou a souvent suscité de multiples réflexions et parfois inquiétudes au sein des congrégations religieuses en général et catholiques en particulier. La quête de la vérité ou la curiosité reste le « maitre-mot » des fidèles. La doctrine catholique est-elle compatible avec la philosophie maçonnique ?… Le Père Jean Philippe DIOUF, après ses réponses inédites dans les « Lettres à un ami franc-maçon », ouvrage très apprécié et vendu comme des petits morceaux de pain, nous revient dans BNN avec d’autres éléments capitaux.

 

BNN Mivasocial : « Lettres à un ami franc-maçon » Peut-on réellement qualifier un franc-maçon de « ami » ? La foi chrétienne et la philosophie maçonnique sont-elles compatibles ?

Père Jean Philippe: La foi chrétienne et la philosophie maçonnique aujourd’hui sont incompatibles. Cependant une chose est la doctrine maçonnique que je combats, autre chose est le franc-maçon que je respecte et avec qui je peux nouer une amitié authentique.

 

BNN Mivasocial : Après vos recherches, dites-nous pourquoi l’initiation maçonnique est-elle toujours secrète ?

Père Jean Philippe: Le secret fascine et suscite la curiosité. Le secret fait partie de l’aura des maçons. Une maçonnerie transparente perdrait une partie de son mystère et donc du pouvoir qu’on lui prête.

 

BNN Mivasocial : Au cours de la dédicace de votre livre à Lomé (Togo) en septembre 2015, plusieurs francs-maçons étaient venus découvrir à juste titre son contenu très riche. Michel Khalife l’un des acteurs présents a promis sortir un livret comme droit de réponse. Où en est-il aujourd’hui ?

Père Jean Philippe : Michel Khalife est devenu depuis lors un ami et nous nous retrouvons parfois pour échanger sur tel ou tel sujet. Et justement Michel milite en faveur de la levée partielle du secret maçonnique. En réponse à mon livre, il a écrit un article reprenant presque les arguments qu’il avait développés lors de la dédicace de Lomé.

 

BNN Mivasocial : Que répondez-vous en fin de compte à ceux qui pensent que l’église catholique persécute les francs-maçons ?

Père Jean Philippe: Depuis la venue de Jésus Christ dans ce monde jusqu’à ce jour, l’Eglise n’a cessé d’être persécutée. En Egypte, au Soudan, dans beaucoup de pays arabes, en Europe, les chrétiens sont persécutés ou agressés moralement ou physiquement. Ils ont beaucoup plus été victimes que coupables. Toute société a ses lois et l’Eglise est souveraine pour déterminer les conditions objectives d’appartenance à l’entité qu’elle est. L’Eglise n’a pas pour vocation de persécuter mais de protéger, secourir, accompagner et sauver. Le pape François en témoigne de par le monde.

 

BNN Mivasocial : Les sept (7) lettres correspondant aux réponses données à Demenya; le protagoniste de votre livre démontrent que vous avez une maitrise parfaite des lois maçonniques. Comment en êtes-vous arrivés là. Etes-vous un ancien maçon ?

Père Jean Philippe : Ce livre est le fruit d’un travail de recherche personnelle sur un sujet qui suscite une attente surtout la part des fidèles sur les raison de l’incompatibilité entre la doctrine chrétienne et la franc-maçonnerie. La Franc-maçonnerie est une association ésotérique du fait que le contenu de  ses rites, Tenues (réunions) et  Ateliers est généralement tenu secret par tradition, si bien que littéralement, la Franc-maçonnerie entretient une doctrine cachée. Les éléments proposés par le livre ne sont que la partie visible de l’iceberg et reposent sur  des témoignages d’anciens ou d’actuels maçons. Je suis prêtre de Jésus Christ la Lumière du monde et je n’ai qu’un maître et c’est Lui. Je ne suis et ne serait jamais franc-maçon même si je respecte les francs-maçons. Je ne connais la franc-maçonnerie que de l’extérieur.

BNN Mivasocial : Nous avions appris que les maçons n’aiment pas qu’on dévoile leur intimité. Après ces sorties, ne vous sentez pas harcelés ou persécutés par ces derniers ?

Père Jean Philippe: Chercher la vérité est un exercice noble. Nous devons toujours être prêt à aller jusqu’au bout de cette recherche de vérité, de justice et de paix quel que soit le prix à payer. Depuis la sortie du livre, il m’est souvent posé la question « ne vous ont-ils pas attaqué ou persécuté» ? Je réponds toujours «non parce je ne les ai pas attaqué ni persécuté».

 

BNN Mivasocial : Selon certains dires, les maçons aiment corrompre les prêtres avec leurs biens matériels et financiers. Vrai ou Faux ?

Père Jean Philippe: C’est possible que des ecclésiastiques tombent dans la tentation des biens matériels et financiers. Notre monde est dominé par la puissance financière mais il y a des réalités que la finance ne pourra jamais acheter : Le Bonheur, l’Amour, la Liberté.

 

BNN Mivasocial : Comment se porte aujourd’hui votre livre «Lettres à un ami franc-maçon » sur le marché ? Et quel est souvent l’accueil réservé à votre équipe par les populations lors des dédicaces ?

Père Jean Philippe: « Lettre à un ami franc-maçon » se porte très bien sur le marché. Avec une équipe de quatre jeunes biens motivés, nous nous occupons de la promotion et de la distribution de livres. Vu que nous abordons un sujet délicat et parfois tabou, nous vivons des temps forts lors des différentes dédicaces (Lomé, Cotonou, Ouagadougou, Dakar, Abidjan). Les gens posent beaucoup de questions et demandent toujours de revenir pour continuer la réflexion.

 

BNN Mivasocial : A combien estime-t-on le nombre d’exemplaires vendue à chaque sortie ?

Père Jean Philippe: Nous en sommes à près de cinq mille exemplaires vendus.

 

BNN Mivasocial : Après le Bénin, le Togo, le Burkina et la Côte d’Ivoire, dans quel pays postera-t-on prochainement les lettres ? De nouvelles lettres à venir ?

Père Jean Philippe: Nous avons aussi été à Dakar et nous sommes invités à nous rendre prochainement à Brazzaville. Par-dessus tout je suis un serviteur et j’écoute mon staff et les orientations que le Seigneur nous suggère vu que cet ouvrage est aussi un outil d’évangélisation.

 

BNN Mivasocial : Votre mot de fin

Père Jean Philippe: Nous devons être des artisans de paix. Notre monde a tant besoin de paix, de justice et de respect de la dignité de chacun. Créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’être humain est doté d’une dignité inaliénable. Tout homme mérite un respect inconditionnel qui transcende l’âge, le sexe, la santé physique ou mentale, la religion, la condition sociale ou l’origine ethnique. La dignité humaine n’est liée à aucun critère d’aptitude ou d’appartenance, sinon l’appartenance à l’ordre humain. Elle fonde des droits inaliénables de l’être humain en tant que tel : parmi ces droits, le droit à la vie est fondamental, le droit à l’amour est ultime. Alors aimons-nous les uns les autres.

Hervé A.

 

Dédicace du livre : « Lettres à un ami franc-maçon »

 

Pour répondre aux multiples inquiétudes des chrétiens sur la franc-maçonnerie, c’est à l’Agora Senghor que le père curé de la paroisse universitaire saint Jean Apôtre de Lomé a donné rendez-vous à ses invités ce Samedi 19 septembre 2015. « Lettre à un ami franc-maçon », c’est le titre de l’œuvre sorti par le Père Jean Philippe DIOUF pour élucider les zones d’ombre  de ses fidèles sur la franc-maçonnerie et vice versa, un livre de 184 pages qui s’appuie sur les connaissances de l’église catholique avec un style accessible  à tous et désormais disponible à plusieurs points de vente.

Peut-on être à la fois chrétien et franc-maçon ? Peut-on être ami à un franc-maçon ? Quelles sont les attitudes qu’un chrétien de surcroîtDSCN6047 catholique doit adopter vis-à-vis d’un franc-maçon ? Peut-on être franc-maçon et communier à l’église ? La foi chrétienne et la philosophie maçonnique sont-elles compatibles ? Les francs-maçons sont-ils excommuniés ?   Telles sont quelques unes des multiples questions que les fidèles chrétiens catholiques ne cessent constamment de se poser.

Ce livre du Père curé, canoniste sort à point nommé en fonction de la perpétuelle recherche de vérité de ceux qui l’abordent, ses fidèles surtout qu’il s’agit d’un monde universitaire, un univers de réflexion de haut niveau : « Cet ouvrage répond à beaucoup de questions : des questions des fidèles, des questions des franc-maçons et des questions des communs des mortels…des questions récurrentes auxquelles j’ai voulu apporter quelques éléments de réponses à travers ce livre. Ce livre n’est pas un réquisitoire, ce n’est pas une récrimination ni une diabolisation  des franc-maçons. C’est un éclairage qu’un pasteur, un prêtre apporte à ses fidèles sur le regard à avoir sur les franc-maçons; un regard chrétien, évangélique, un regard théologale, éclairer les chrétiens sur la franc maçonnerie et les franc-maçons, sur la religion catholique », disait le Père Jean Philippe DIOUF à cette dédicace.

« Lettre à un ami franc-maçon » est un ouvrage de 184 pages réparti en sept (7) lettres qui sont les réponses des lettres parvenus à l’auteur via le protagoniste Demenya, un chrétien qui a squatté les loges maçonniques mais toujours en quête de vérité.

Ainsi ces sept « lettres » comparables aux « sept dons de l’esprit » viennent éclaircir davantage le protagoniste entre l’incompatibilité qui existe entre cette idéologie et la religion catholique tout en respectant sa liberté.

Loin de persécuter, de diaboliser ou de juger le franc-maçon, ce document apporte plutôt une parfaite lumière sur les doctrines de l’église catholique afin de permettre à tout autre individu de savoir où il se dirige.

Les invités ont eu la possibilité d’être éclairé et la présence de certains maçons connus sur les médias togolais ont permis à tous de se rendre compte que cette œuvre n’est pas une critique, ni une persécution de l’église catholique à l’égard des franc-maçons comme bons nombres l’auraient cru, ce qui met en exergue le mot « ami » contenu  dans le titre principal : « J’étais très content qu’il y est eu des franc-maçons dans l’assemblée qui ont affirmé qu’ils sont franc-maçons et qui ont apporté des éclairages par rapport à ce milieu….On peut être différent, on peut penser autrement mais on est tous appelé à être frères. Dans le Christ, il n’y a pas de ségrégation. Donc connaitre sa foi chrétienne, y demeurer ferme et en même temps en respectant les autres et leur ouvrir la porte. L’église est une porte ouverte qui doit demeurer ouverte comme le Christ a ouvert ses bras sur la croix », a ajouté le père curé.

Ainsi dans la septième lettre, l’auteur n’a pas hésité à inviter tous les chrétiens à avoir un regard de miséricorde en faveur des franc-maçons et de tout autre pécheur car le Christ dit –il « est venu avant tout pour les pécheurs », a t’il laissé entendre.

A la fin de cette dédicace le livre mis aux enchères a été arraché au prix de 55.000F CFA.

Ce livre est son deuxième ouvrage paru après « Le Pape renonce Un geste prophétique ? » sorti en Avril 2013.

Cette deuxième œuvre paru  le 8 septembre 2015 aux éditions Saint Augustin Afrique est disponible à Radio Maria Togo, à la Paroisse Universitaire et sur presque toutes les paroisses catholiques du territoire nationale ainsi qu’à la Librairie Bon Pasteur au prix de 3500 FCFA.