Projet Atingan, un vivier béninois d’inventions

La vie n’a pas seulement fait d’eux des jumeaux, elle a aussi forgé leur goût commun du risque et leur foi en leurs capacités. Deux armures dont ils se sont hardiment parés quand ils rompaient les rangs de l’école pour se lancer dans leur entreprise agropastorale. Les frères Zanhoundaho sont aujourd’hui les figures de proue d’un groupe de jeunes qui ont mis au point le foyer Atingan, la première d’une série d’inventions développées dans le cadre d’ un projet éponyme porté à bout de bras par sept fantastiques jeunes inventeurs.
Atingan qui veut dire en langue Fongbé « l’arbre est sauvé » évoque la philosophie des auteurs du projet qui est de soustraire les arbres à la hache du bûcheron en proposant une forme de cuisson autre que celle faite avec du bois ou du charbon de bois. Cette mission de sauvetage des arbres des forêts a été menée dans l’intérêt de la structure agropastorale que dirigeait alors le groupe des sept. « A l’époque, on faisait essentiellement de l’agriculture et de l’élevage, et on vendait nos légumes aux commerçantes, mais sans grand bénéfice parce qu’on n’arrivait pas à conserver ces plantes potagères qui pourrissaient. Alors on a commencé par préparer les légumes que l’on mettait dans les sachets de 250g. Mais là aussi on ne pouvait pas espérer faire des bénéfices en utilisant le feu de bois pour la cuisson des légumes, d’où l’initiative des foyers Atingan.» explique l’un des frères Zanhoundaho. Le foyer devient ainsi la toute première invention développée dans le projet.

Le foyer Atingan, une invention verte.

Les foyers Atingan sont des foyers qui utilisent les coques de noix de palmes comme combustible en lieu et place du charbon de bois. L’invention est dotée d’un système de ventilation qui permet d’apporter de façon constante de l’oxygène à la chambre de combustion (argileuse) où sont introduites les coques de noix de palmes. La ventilation est assurée par un souffleur qui puise son énergie d’une batterie chargée par un panneau solaire. Les foyers Atingan se présentent donc comme des prêts- à-monter composés d’un foyer, d’un souffleur, d’une batterie, d’un panneau solaire et d’un sac de 25 kilogrammes de coques de noix de palmes. Ils réduisent au cinquième les besoins en combustible par rapport aux autres foyers que l’on retrouve dans le commerce selon les frères zanhoundaho. De plus, ils utilisent les coques de noix de palmes, une source d’énergie renouvelable à l’opposé du charbon de bois obtenus après l’abattage de l’arbre. Les foyers ATINGAN sont aussi à l’avant-garde d’une cuisine économique.

Cuisinez pour presque rien

« Si vous mettez 0, 33 kilogrammes de noix de palme dans le foyer, vous pouvez cuire pendant une heure. Ce qui vous revient à 0, 33 f si vous voulez faire une évaluation en matière de coût.» affirme Calixte Eloh, un des concepteurs du foyer. Le coût des foyers Atingan varie selon les différents modèles. « Les petits foyers sont vendus à 55 000 f. Ils sont essentiellement utilisés pour la cuisine domestique .Le modèle moyen utilisé par commerçants et restaurateurs est au prix de 150 000 f .Il y a aussi un modèle utilisé pour la cuisson qui est à 250 000 f  et puis enfin le grand foyer Atingan industriel que l’on vend à 300 000 mille f. » explique l’un des promoteurs. L’achat des foyers Atingan se fait aujourd’hui sur commande. Les fabricants ont mis en place un système de livraison mensuelle pour soulager la clientèle. A l’épuisement des 25 premiers kilos de combustibles, les clients peuvent se réapprovisionner avec des combustibles de 50 kg cédés à 5 000 f. Actuellement, plus de 800 ménages béninois se sont déjà offert le prototype expérimental des foyers.

Un succès qui ne semble pas tarir l’ardeur des jeunes inventeurs à la recherche qui désirent peaufiner leur invention. «Il y a certains utilisateurs du foyer qui éprouvent des difficultés à enflammer les coques de noix de palmes. Donc nous avons poursuivi nos recherches dans ce sens. Aujourd’hui, nous sommes en train de mettre au point un système d’allumage automatique qui va puiser son énergie de la batterie. Une sorte de filament incandescent qui porte les coques de noix de palmes à incandescence. »

Le foyer Atingan, le début d’une longue aventure

Hormis les foyers, le groupe des sept développe d’autres inventions au sein du projet. Ils ont récemment mis au point des cuisinières pourvues de trois ou quatre foyers ainsi qu’un système de four qui s’alimente avec les coques de noix de palmes. Ils disposent aussi des fumoirs pour fumer du poisson ou de la viande. Dans l’avenir, ils projettent de réaliser un four pour la cuisson du gari afin de mécaniser le processus de fabrication de la farine de manioc. Par ailleurs, les jeunes inventeurs ambitionnent d’installer une usine de production des foyers Atingan .Cependant, ils ne disposent pas assez de fonds pour se risquer dans une telle entreprise. « Ce qui nous manque actuellement c’est le financement qui va nous permettre de faire une commande conséquente de matière première c’est-à-dire, les batteries, les souffleurs, les panneaux solaires». Pour l’heure, les jeunes inventeurs, ne s’en remettent pas à la providence de la baguette magique pour réaliser leurs projets, ils envisagent un voyage en Chine l’année prochaine pour prendre contact avec les fournisseurs de ces matières premières. Peut-être reviendront-ils de l’empire du milieu avec leur rêve à portée de main ?

Source:https://ecceafrica.com/projet-atingan-vivier-beninois-inventions/#.Vzw8pbjhCM9