INTERVIEW de la coordonnatrice de l’événement “LA NUIT DU 229 A PARIS”

Partenaire de l’évènement “LA NUIT DU 229 A PARIS” qui fera vibrer la diaspora au son de la musique béninoise à Paris la nuit du samedi 20 aôut 2016, l’équipe BNN de Mivasocial a reçu pour vous, la coordonnatrice Yannisse KPOSSOU.

BNN :     Bonjour Yannisse, voudriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Yannisse :  Il me plait de vous remercier de m’avoir accordé ce temps de parole à travers le réseau social Miva qui est un réseau dont nous Béninois sommes très fière. Yannisse KPOSSOU je suis. Agée de 25 ans, je suis une Béninoise résidant en France et cadre dans une entreprise Française.

BNN       : Qu’est-ce qui vous a motivé à mettre en place ce grand évènement dénommé “LA NUIT DU 229 A Paris” ?

Yannisse : L’idée d’initier l’événement La Nuit du 229 à Paris est partie d’une décision de certains jeunes de la diaspora de contribuer au rayonnement du Bénin à l’international. Après s’être questionné sur le domaine d’intervention, nous n’avons pas eu de difficulté à conclure que le secteur culturel de notre pays à travers son patrimoine matériel et immatériel reste inexploitable. Afin d’intervenir dans un champ d’intervention restreint mais dense, nous avons donc décidé de nous investir dans la valorisation du patrimoine immatériel qui loin de s’arrêter aujourd’hui aux monuments et collections d’objets comprend également des traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants. Le volet du patrimoine immatériel du Bénin qui a donc retenu notre attention est la richesse de son répertoire musical très peu valorisée. Nous avons donc décidé de créer un creuset spécialement dédié à la valorisation des sonorités et musiques des artistes du Bénin.

BNN :     Concrètement, il s’agira de quoi ?

Yannisse : Il s’agira si vous voulez, d’organiser une Soirée Dansante en l’honneur des artistes béninois, soirée au cours de laquelle seront joués que des morceaux des artistes d’origine béninoises et des sonorités du Bénin. L’idée consiste à bannir des préjugés selon lesquels, les artistes du Bénin ne font pas de la musique de variété et des morceaux dansants. Essentiellement, il sera question de prendre de contre pieds les cadres classiques des soirées dansantes qui sont les boites de nuit et de créer un cadre propre cette fois-ci à leur image mais avec pour particularité essentielle, l’animation par un DJ de la soirée en musique d’artistes béninois et des sonorités du Bénin.

BNN :     Quelle est la cible et pourquoi avoir choisi Paris pour cette première édition?

Yannisse : Le cœur de cible de cet événement reste bien évidemment, les membres de la diaspora Béninoise d’Europe mais de façon générale toute la diaspora africaine d’Europe. Cette cible pour nous est une cible très sensible qui investit dans différents domaines au pays mais ne songe pas forcement à investir dans la culture. Il nous revient de faire prendre conscience de la richesse que nous tenons à portée de mains mais que nous ignorons.

BNN :     Que retenir donc des objectifs et quelle utilité pour la cible?

Yannisse : Si je dois quantifier, je dirai que nous visons trois objectifs à travers cet événement. Primo, nous voulons permettre à la diaspora béninoise de se retrouver dans une ambiance à la béninoise au cœur de Paris ; secundo, nous espérons créer des conditions de brassage entre les membres de la diaspora béninoise et tertio, nous voulons contribuer au rayonnement de la musique béninoise en Europe.

BNN :     Qu’en est-il de vos attentes ?

Yannisse :  Nous espérons bien inciter la diaspora béninoise à prendre conscience de la richesse de son répertoire musical de manière à ce qu’elle décide d’investir dans l’industrie du disque mais aussi et surtout faire prendre conscience aux DJ des boites de nuit de Paris et de l’Europe en général de la richesse du répertoire musical béninois.

BNN :     Le monde musical est très exigeant aujourd’hui. Pensez-vous que la qualité et la variété musicale béninoise, à ce jour, ont de la hauteur pour s’imposer à ce monde ?

Yannisse : Mon père m’a dit un jour dans un air assez évasif et un visage fermé que le rythme « soyoyo » de notre Roberson Sipa, national, est le rythme qui a donné vit aujourd’hui à la musique moderne nigériane et ghanéenne que nous adulons si tant. Il en était dégouté de ce que nous faisons de nos talents. Cette parenthèse pour vous dire que la qualité y est, la variété de même. Les talents, nous en avons aussi. Reste simplement à savoir ce que nous faisons d’eux. Dans un pays de l’Afrique de l’ouest proche de nous, quand un artiste sort un mouvement, tous les autres accompagnent pour un temps et valorisent son concept. Je ne veux pas vous retourner la question, en vous demandant de me dire ce que nous faisons du « NOUDJIHOU » ; concept créé par Wily Mignon. Je ne me hasarderai pas non plus à demander ce que nous faisons pour moderniser les nombreux rythmes comme le tchingounmè, le toba, le massègouhoun, le kpooundoro et j’en passe.

BNN :     Doit-on s’attendre à une deuxième édition? Si oui, où prévoyez-vous cela?

Yannisse : Pour le moment, tous les regards sont tournés vers le samedi 20 Août. Mais rassurez-vous, nous ne pensons pas nous arrêter en si bon chemin. Logiquement et ça je vous la donne en scoop, bien avant de lancer cette édition, nous avons prévu que l’événement se passera deux fois dans l’année soit en décembre et en période d’été de chaque année. Mais tout dépend des résultats de la première édition, de l’engouement du public mais aussi et surtout de mon équipe qui jugera compte tenu des contraintes qu’impose le projet.

BNN :     Vous avez certainement été soutenue et/ou encouragée pour cette organisation. Avez-vous un mot à l’endroit de vos partenaires et collaborateurs (trices)?

Yannisse :  Une chose est d’avoir une idée et une autre est de la concrétiser. Si nous sommes à cette étape actuelle du projet, c’est bien évidemment grâce à la volonté et la détermination de personnes de l’ombre qui œuvrent chaque jour pour la réussite de l’événement. Je tiens à rendre hommage aux membres de mon équipe et aux partenaires qui ont cru en nous et qui nous accompagnent.

BNN :     De façon générale, à travers les mouvements touristiques, on a l’impression que les étrangers accordent plus de valeur à nos cultures que les enfants du pays. Comment expliquez-vous ce phénomène?

Yannisse : C’est une question de politique gouvernementale non planifiée qui est à la base de ce constat. L’incitation à la consommation locale est un plan stratégique que mettent en œuvre les pays qui envisagent le développement. Dans notre cas, nous sommes dans un pays où le panier de la ménagère est vide. Ne lui demandez donc pas de vous suivre pour faire du tourisme. Ce débat est un autre sujet dont nous pourrons faire des développements à n’en point finir.

BNN :     Que diriez-vous pour finir ?

Yannisse :  Un merci au parrain de l’événement monsieur Romain Da Costa, à l’équipe BNN de Mivasocial  et que vive le Bénin à Paris à travers sa culture le samedi 20 Août 2016.

Réservez vos tables aux : 06 09 64 51 11 // 06 99 56 52 92

Mivasocial invite la famille sur le Chat Miva TV, le vend. 17 août 16

La Nuit du 229 à Paris
Parti du constat que la culture béninoise est riche de par sa densité et, variée de par son répertoire, un groupe de jeunes de la diaspora, irrité par la non exportation des musiques et sonorités des artistes du Bénin, a décidé, sous la coupole de l’association « Voice of Africa », de créer un creuset spécialement dédié à la valorisation des sonorités et musiques des artistes du Bénin. L’événement qui, aura lieu le Samedi 20 Août 2016 à la salle polyvalente du stade Armand Girodit de Rosny Sous-Bois, se veut être une soirée fraternelle, festive, de gaieté, de partage, de découverte et d’échanges.

Partenaire de l’évènement, Mivasocial invite pour vous le vendredi 19 août 2016 de 15h 00 à 16h 00 GMT dans le salon de Chat MIVA TV,  la coordonnatrice Yannisse KPOSSOU. 

Pour en savoir plus, rendez-vous dans le Salon de chat le vendredi prochain, en cliquant:

Sur Ordinateur,

·  1- https://chat.mivasocial.com/mivadesktop.php

·  2- CHATROOMS

·  3- MIVA TV

Sur Smartphone (Android ou Apple),

·  1- télécharger l’application MIVACHAT et connectez-vous

·  2- Cliquer sur l’icone de Groupe

·  3- Cliquer sur MIVA TV

Cher(e) mivais(e), Ne manquez pas ce rendez-vous! Passez le message à votre voisin!

==============================

MivaSocial – La plus grande plate-forme Web et Réseau social Africain.

NUIT DU 229 A PARIS -YANNISSE KPOSSOU ET SON EQUIPE ANNONCENT LA 1ERE EDITION LE 20 AOUT 2016

Par Ghislain Dossa Kakpo

La diaspora Béninoise sera à l’honneur le 20 août prochain. Ceci à travers un concept dénommé « Nuit du 229 à Paris ». Une initiative de l’association « Voice of Africa » coordonnée par Yannisse Kpossou et qui entend valoriser à travers une soirée les sonorités et musiques Béninoises dans la capitale Française.

Contribuer au rayonnement de la musique Béninoise à l’internationale. C’est l’un des vœux les plus chers des organisateurs de ce projet qui est cette année à sa première édition. Ainsi le 20 août 2016 les vertus de la musique Béninoises seront vantées via une soirée dansante et ce, dans un cadre très ambiant et strictement aux couleurs du 229.

A travers cette noble initiative le comité d’organisation pense créer aussi une atmosphère de brassage et d’union entre la diaspora Béninoise autour de leur riche patrimoine culturel. C’est aussi l’occasion d’inciter selon la coordonnatrice la diaspora Béninoise à prendre conscience de la richesse de son répertoire musical de manière à ce qu’elle décide d’investir dans l’industrie du disque. La particularité essentielle de cette soirée est l’animation par un DJ français de la soirée en musique d’artistes béninois et des sonorités du Bénin.

La soirée qui va durer environ 09 heures d’horloge sera marquée par des séries d’activités à savoir : des défilés de mode ; des chorégraphies ; des interprétations ; des diners et des prestations artistiques Béninoises. Suivra ensuite la soirée proprement dite qui va démarrer précisément à 00 heure et prendra fin à 05 h 30 mn. La nuit du 229 à Paris viendra ainsi mettre fin aux préjugés portés sur la musique Béninoise qui n’est souvent pas représentative à l’extérieur. Précisons qu’outre l’organisation de la nuit du 229 à Paris, des séries d’activités annuelles sont prévues toujours dans le cadre de la valorisation de la musique Béninoise en Europe.

Source : http://infoculture.over-blog.com