Université de Lomé : Les étudiantes piquées par la maladie du sommeil

Qui aurait cru qu’avec la poussière quotidienne dans le campus universitaire de Lomé ainsi que des vols un peu partout, des étudiants et étudiantes se donneraient encore le luxe de dormir sous les arbres ? C’est la mode depuis quelques temps. Des pagnes étalés à même le sol, sous les arbres pour se reposer, pour apprendre parfois les cours aux heures de pose et éventuellement faire un petit tour au pays du sommeil avant de revenir en soi-même. Le système reprend de plus belle en ce début d’année 2016 et la principale question est de savoir : où sont passées les règles d’hygiènes ? N’y a t’il pas d’autres alternatives ?

La fatigue, l’envie de se reposer en attendant le cours prochain, le manque d’endroit adéquat ou idéal pour se reposer sont quelques unes des raisons évoquées par les étudiants majoritairement des filles concernant le fait de se coucher par terre en étalant des pagnes.

Considérant encore ce temps ou la poussière soulevée par l’harmattan est de plus en plus grandissante, il va sans dire que les futurs savants du pays courent de grands dangers, des problèmes de santé grave à part le vestimentaire qui se salit très souvent même quand on ne s’en rend pas compte : « Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi les universitaires puissent avoir une telle mentalité ? N’est-ce pas une autre manière de se dévaloriser, de se donner moins d’importance par rapport aux autres étudiants du campus ou des écoles de BTS ? Les filles et garçons qui s’adonnent à ces genres de choses doivent revoir leurs comportements afin qu’elles soient considérées », a confié un professeur que nous avons rencontré.

Il s’avère donc nécessaire de revoir sa copie en vue de se faire respecter ou d’éviter plus tard des maladies comme la sinusite et bien d’autres.

Nul ne pourrait admettre la construction de dortoirs étant donné qu’en matière de construction de salles de classe sur le campus universitaire, beaucoup reste encore à faire.

Le fait d’écarter cette proposition serait un atout car : « Des dortoirs risqueraient de devenir des chambres de passage pour des jeunes étudiants sexuellement hyper actifs ?», a souligné un étudiant, année de License Droit.

Si la santé vaut plus que de l’or, il est évident que son maintien passe par de petites règles à ne pas ignorer.

Autant dire qu’ il est tout à fait important de savoir où s’allonger quand on a sommeil pour ne pas se faire ridiculiser, ni perdre ses fournitures scolaires ou portable d’autant plus que les voleurs sont un peu partout sur le campus universitaire.

Se reposer chez ses amis de la cité serait aussi un atout pour ne pas se créer d’autres soucis.

A bon entendeur, Salut !