Le pape François fait ses débuts d’acteur

Le pape François fera ses débuts d’acteur cette année en interprétant son propre rôle dans le film religieux ‘Beyond the Sun’.

D’après Variety, ‘Beyond the Sun’ est une « aventure familiale basée sur les évangiles. »

« Le pape François a demandé aux réalisateurs de faire un film destiné aux enfants et reflétant le message de Jésus », ont-ils expliqué.

C’est la première fois qu’un Pape apparait dans un film.

« Nous sommes littéralement enthousiasmés et tellement reconnaissants à Sa Sainteté le pape François » dit le producteur Andrea Iervolino. « Pour nous, c’est plus qu’un film, c’est un message sociétal et spirituel majeur ; personne ne pouvait mieux le délivrer que le pape en personne. »

Malheureusement, le sujet du film ne risque pas de propulser le leader de l’église catholique, âgé de 79 ans, sous les feux de la rampe.

« C’est un grand honneur pour Andrea de pouvoir travailler avec Sa Sainteté le pape François et de délivrer un message à travers ce film » a ajouté la co-productrice Lady Monika Bacardi. « Nous réalisons un film dont nous pouvons être fiers. Les familles de la terre apprécieront ce divertissement et en seront profondément bouleversées. »

D’après Bacardi et Iervolino, tous les profits iront à des œuvres de bienfaisance telles qu’El Alemendro et Los Hogares de Cristo, venant en aide à des enfants et des jeunes adultes.

Le tournage de ce film débutera prochainement en Italie.

 

 

Le synode du Vatican sur la famille s’ouvre dans une ambiance tendu

A la veille de l’ouverture des débats entre les 360 participants du synode des évêques sur la famille, le pape François a rappelé les bornes dans lesquelles ils doivent se tenir. Lors de son homélie de la messe d’ouverture de cette seconde étape de la grande réflexion ouverte par l’Eglise catholique sur la question de la famille, dimanche 4 octobre, dans la basilique Saint-Pierre, Jorge Bergoglio a décrit avec insistance les caractéristiques du mariage selon la doctrine catholique : « L’unité et l’indissolubilité du lien conjugal » entre un homme et une femme. La réflexion engagée dans l’Eglise catholique ne vise pas à discuter de cela, a signifié le pontife, mais à déterminer comment l’institution peut avoir ses « portes ouvertes pour accueillir quiconque frappe pour demander aide et soutien », fût-il divorcé, concubin, homosexuel.

Depuis deux ans, les controverses sur ces sujets sont brûlantes entre partisans et adversaires d’un assouplissement de la « politique » d’accueil de l’Eglise. Ce nouveau synode promettait donc d’être aussi animé que le précédent, il y a un an. La veille de la messe d’ouverture, le coming-out d’un prêtre polonais est venu accentuer ce climat de tension. Krzysztof Olaf Charamsa, 43 ans, membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi (organisme romain chargé de veiller au respect et à la cohérence de la doctrine), a révélé être homosexuel et avoir un compagnon, qu’il a d’ailleurs présenté à la presse un peu plus tard dans la journée.

Le pape ouvre les travaux du synode sur la famille

Par cet acte spectaculaire, le père Charamsa veut pousser l’institution ecclésiale à changer son regard sur les homosexuels et à « comprendre que la solution qu’elle propose, à savoir l’abstinence totale et une vie sans amour, n’est pas humaine ». Mêlant deux questions distinctes (l’homosexualité et le célibat des prêtres), il a eu des mots très durs pour dénoncer ce qu’il a qualifié d’« homophobie institutionnalisée de l’Eglise »« Je demande pardon pour toutes ces années où j’ai souffert en silence devant la paranoïa, l’homophobie, la haine et le refus des homosexuels, présents au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui est le cœur de l’homophobie dans l’Eglise », a-t-il déclaré.

Une démarche « offensive et irresponsable »

Le Vatican n’a pas tardé à sanctionner ce collaborateur. « Une démarche aussi retentissante à la veille de l’ouverture du synode est offensive et irresponsable, a déclaré son porte-parole, le père Federico Lombardi. De fait, elle tend à opérer une pression médiatique sur l’assemblée synodale. » Le père Charamsa a aussitôt été relevé de ses fonctions auprès du Saint-Siège.

L’accueil des homosexuels est l’une des questions posées aux évêques catholiques réunis pendant trois semaines à Rome. La doctrine considère les actes homosexuels comme « intrinsèquement désordonnés » et prône l’abstinence aux gays. Elle refuse a fortiori le mariage entre personnes de même sexe. « Je voudrais dire au synode que l’amour homosexuel est un amour familial, qui a besoin de la famille. Chacun, et même les gays, les lesbiennes et les transsexuels, porte dans son cœur un désir d’amour et de famille », affirme le prêtre polonais. « Le clergé, ajoute M. Charamsa dans l’édition polonaise de Newsweek, est largement homosexuel et aussi, malheureusement, homophobe jusqu’à la paranoïa car paralysé par le manque d’acceptation pour sa propre orientation sexuelle. » Dans l’avion qui le ramenait du Brésil, peu après son élection, en 2013, le pape François avait déclaré : « Si une personne est homosexuelle et cherche vraiment le Seigneur, qui suis-je pour la juger ? »

Un autre sujet de désaccord entre les évêques, tel que cela était ressorti du synode d’octobre 2014, concerne les divorcés remariés civilement, aujourd’hui en principe privés de l’accès aux sacrements. Les 360 prélats ont jusqu’au 24 octobre pour en débattre, date à laquelle ils se prononceront sur le rapport qu’aura rédigé une commission de dix d’entre eux, choisis par le pape.

Le monde